Légitime dépense


Choisir un planificateur financier

Émission du 1er février 2010

Journaliste(s) à la recherche : Nathalie Lemieux

Les dernières années ont été marquées par de nombreux scandales financiers. Des milliers de petits investisseurs ont été floués. À grand renfort publicitaire, l’Autorité des marchés financiers vous dit : « Avant d’investir, investiguez ! » Mais jusqu’où peut-on aller en tant que consommateur ? En plus de vous faire découvrir des outils précieux pour mieux savoir à qui vous avez affaire, Légitime dépense vous livre quelques conseils pour éveiller votre instinct de détective. Avant de confier vos économies durement gagnées à un planificateur financier, avant d’investir… Écoutez Légitime dépense !

Thème(s) : Finances personnelles

Choisir un planificateur financier

Dans un contexte où les rendements boursiers sont à la baisse et où les caisses de retraites ont littéralement fondues… épargner peut-être un pari risqué. Surtout quand on confie notre pécule à une personne qui fait passer ses intérêts avant les nôtres!

Au Québec, les dernières années ont été marquées par de nombreux scandales. Des petits épargnants ont été floués à coup de milliers de dollars par des fraudeurs comme Vincent Lacroix ou Earl Jones qui sont partis avec la caisse, emportant avec eux les économies de leurs malheureux clients. A qui peut-on faire confiance?

Récemment, l’Autorité des marchés financiers lançait une publicité où le populaire animateur Guy Mongrain raconte qu’il a été floué de 300 000 $ en confiant ses épargnes à un fraudeur. Dans cette campagne de sensibilisation contre la fraude, l’AMF recommande aux gens de faire leur propre enquête avant de confier leur argent: «Avant d’investir… investiguez!».

Mais investiguer, ça veut dire quoi? Et comment faut-il mener cette enquête?

Jusqu’où les consommateurs doivent-ils pousser leurs enquêtes pour trouver un professionnel digne de confiance? Il faut se rappeler que Vincent Lacroix (Norbourg) ou André Charbonneau (Alternative Assurance vie) étaient dûment inscrits dans le registre de l’AMF…

Que doit-on chercher? Et comment doit-on s’y prendre?

Ce qu’il faut savoir

Le titre de «conseiller financier» ne figure pas dans le registre de l’AMF. C’est plutôt un terme générique pour désigner un professionnel qui s’occupe de placement ou de sécurité financière.

Pour vendre des produits financiers et proposer des placements ou des investissements en bourse, il faut détenir un permis de l’AMF et porter l’un des titres suivants : courtier en épargne collective, courtier en plan de bourses d’étude, courtier en contrat d’investissement ou courtier en valeurs mobilières.

Un professionnel peut détenir un permis de l’AMF sans avoir le droit de vendre des produits financiers. Un exemple : votre planificateur financier, inscrit à ce titre, n’a pas le droit de vous vendre de produits financiers. Par contre, ce même professionnel peut porter d’autres chapeaux et être inscrit l’AMF sous le titre de «courtier en valeur mobilières». Dans ce cas, il peut légalement vous proposer des placements à ce titre.

Avant d’investir… investiguez : les 5 étapes de l’AMF

ÉTAPE 1
Vérifier si la personne est inscrite dans le registre de l’AMF et qu’elle a le droit vendre des produits financiers ou de faire des placements.

-Pour faire cette vérification, il suffit d’aller consulter le registre sur le site web de l’AMF. Vous n’avez qu’à entrer le nom de la personne. http://www.lautorite.qc.ca

On peut aussi téléphoner directement au Centre de renseignements de l’AMF. Une équipe est là pour faire cette recherche et pour répondre à toutes vos questions sur l’individu et sur l’entreprise (ou les entreprises) qu’il représente et qui sont reconnues au Québec.
Tél : 1-877-525-0337

Attention aux pièges!
Si une personne fait de la vente de produits financiers, ou des placements, elle doit avoir les permis appropriés. Il faut donc vérifier sous quel titre une personne est enregistrée.

ÉTAPE 2
Assurez-vous qu’on vous remette de la documentation sur les produits financiers et sur les placements qu’on vous propose. Il faut lire les prospectus pour savoir dans quoi on s’embarque.

ÉTAPE 3
Est-ce que le placement qu’on vous offre est trop beau pour être vrai? Méfiez-vous si le conseiller vous propose des rendements mirobolants. Si on vous garanti que vous aurez des rendements de 12 % ou 15 % chaque année… c’est impossible.

ÉTAPE 4
Attention aux beaux parleurs
Attention si on tente de vous vendre un produit sous pression Ex : J’ai un bon tuyau pour des actions en bourse, il faut bouger rapidement… pas le temps de signer des papiers.

S’il vous dit de garder le secret, s’il affirme qu’un organisme de réglementation a approuvé un placement ou fait de la pression pour que vous investissiez dans le placement proposé, s’il vous culpabilise quand vous ne faites pas ce choix, s’il vous appelle de façon répétitive…méfiez-vous.

ÉTAPE 5
Poser des questions
Si le professionnel refuse de vous dire pour quelle firme il travaille ou vous donne très peu d’informations sur lui et sa formation, méfiez-vous.

Un professionnel compétent et intègre doit aussi vous poser des questions pour bien connaître votre profil d’investisseur et respecter vos choix. Si vous avez un doute, méfiez-vous.

Conseil de l’AMF
Quand vous parlez à votre conseiller financier, prenez des notes : date et heure, type de placement, informations… Cela vous permettra de faire un suivi de vos investissements. Conservez vos notes, elles pourraient être utiles en cas de recours.

Investigation 101 : quoi vérifier

1- Vérifier si le professionnel en vue est inscrit dans le registre de l’AMF et est autorisé à vendre des produits financiers
Site web de l’AMF : http://www.lautorite.qc.ca
Centre de renseignement de l’AMF Tél : 1-877-525-0337

2- Vérifiez si le conseiller en vue a un déjà eu des démêlés avec la justice.
Vous pouvez vous rendre au Palais de Justice de votre région pour consulter le plumitif.

Vous pouvez consulter le site de la Société québécoise d’information juridique (SOQUIJ). Il faut s’abonner et il y a des frais. http://soquij.qc.ca/

Vous pouvez demander à un juriste de faire cette recherche pour vous. Il y a des frais

Pour consulter des jugements gratuitement, on peut visiter le site web
http://www.jugements.qc.ca

3- Vérifier si le conseiller en vue a déjà fait faillite en communiquant avec le Bureau du surintendant des faillites Canada. Si c’est le cas, vous ne voudrez peut-être pas lui confier vos économies…

Frais minimum de 8 $ pour consulter un dossier (10 documents )
Site web : http://www.ic.gc.ca/eic/site/bsf-osb.nsf/fra/accueil

4- Vérifier si le conseiller en vue appartient à un ordre professionnel.
Exemple: notaire, avocat, CGA, CA, etc…
Communiquez avec l’Ordre professionnel en question pour vérifier si des plaintes ont déjà été déposées contre lui.

5- Faites une petite recherche sur Google! Vous verrez alors si des articles ont été publiés à son sujet et de quelle nature sont les articles.

6- Vous pouvez aussi consulter le Registre foncier pour voir s’il est en défaut de paiement sur des immeubles.
Site : http://www.registrefoncier.gouv.qc.ca/Sirf/

7- Le RDPRM ou « Registre des droits personnels et réels mobiliers » n’est pas le bon registre pour vérifier les défauts de paiement sur des « immeubles ». Par contre, ce registre permet de vérifier si un bien meuble est libre de dettes. Dans le cas d’un véhicule routier, la recherche se fait par le numéro d’identification du véhicule routier et par le nom. Dans les autres cas, elle se fait par le nom seulement. Pour en connaître plus sur le profil financier d’une entreprise, il peut s’avérer utile de consulter le RDPRM sous le nom de cette entreprise, ce qui permettra de voir notamment les hypothèques mobilières (et autres droits) qu’elle a consenties sur ses équipements, ses stocks ou ses créances.
Site : http://www.rdprm.gouv.qc.ca

8- Quand une conseiller vous propose un produit financier, exigez la brochure et téléphonez directement à l’institution financière pour vérifier si ce qu’il vous a dit est bien vrai.

9- Posez des questions au conseiller en vue. Quelques suggestions :
Demandez-lui sa liste de clients. Avec qui il fait affaire… Demandez-lui qui sont ses vérificateurs (comptables). Vérifiez s’ils sont membres d’un ordre professionnel. Contactez l’Ordre dont ils font partie.

Soyez critiques

Il faut se rappeler que le conseiller en placement qui vous propose des produits financiers est avant tout… un vendeur. Le consommateur doit donc rester critique et s’informer sur les produits financiers qu’il achète, comme il le ferait pour n’importe quel produit de consommation. Aussi, il est préférable de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier et diversifier ses placements. En cas de problème, vous ne perdrez pas tout...

Intervenants

Sylvain Thétrault, porte-parole de l’Autorité des marchés financiers, nous explique ce qu’il faut absolument vérifier pour éviter les risques de fraude.

Le juricomptable Stéphan Drolet (FCA, CA-EJC Associé KPMG) est un spécialiste de l’investigation financière. Ses enquêtes et son expertise ont d’ailleurs mené quelques fraudeurs derrière les barreaux. Il nous donne quelques pistes pour investiguer… avant d’investir.

Références pour mener une investigation…

Pour consulter le registre de l’AMF et le document «Soyez à votre affaire pour ne pas perdre vos affaires : 5 étapes pour éviter les fraudeurs»
http://www.lautorite.qc.ca

Centre de renseignement de l’AMF
Tél : 1-877-525-0337

A lire – Protégez-Vous
Guide de l’AMF à l’intention des investisseurs publié par les éditions Protégez-Vous, en kiosque dès le 1er février 2010

Bureau du surintendant des faillites Canada
http://www.ic.gc.ca/eic/site/bsf-osb.nsf/fra/accueil

Société québécoise d’information juridique (SOQUIJ)
http://soquij.qc.ca/

Quelques organismes – références en matière financière

Autorité des marchés financiers (AMF)
http://www.lautorite.qc.ca

Chambre de la sécurité financière (réglementation et protection du public)
http://www.chambresf.com/

Agence de la consommation en matière financière du Canada
http://www.fcac-acfc.gc.ca/fra/default.asp

Ombudsman des services bancaires et financiers
http://www.obsi.ca/

Réseau de conciliation du secteur financier (RCFC)
http://www.fson.org/fr/index.html

Organisation canadienne de réglementation du commerce de valeurs mobilières (OCRCVM)
http://www.iiroc.ca/FRENCH/Pages/home.aspx

Fond canadien de protection des épargnants (FCPE)
http://www.cipf.ca/f_home.htm