Légitime dépense


Trucs pour bien choisir son mécanicien

Émission du 18 janvier 2010

Journaliste(s) à la recherche : Matthieu Mortézaï

Une voiture, c’est un peu comme un être humain. Plus elle prend de l’âge, plus elle requiert des soins. Heureusement, par les temps qui courent, trouver un mécanicien est plus facile que de dénicher un médecin de famille ! Pour mettre toutes les chances de votre côté, recherchez un garage convenablement équipé et un technicien dont la formation est à jour. Des experts en la matière vous montrent comment reconnaître cette perle rare qui veillera sur la santé de votre auto… comme si c’était la sienne !

Thème(s) : Automobile et autres transports

Trucs pour bien choisir son mécanicien

Votre voiture est complexe et elle a besoin d’entretien… Pour qu’elle reste fiable et sécuritaire pendant 15 ans, vous aurez besoin d’un bon garagiste!

«Un bon garagiste devrait être en mesure de vous expliquer ce qu’il va faire sur votre véhicule et vous devriez être en mesure de le comprendre», dit Roger Goudreau, directeur général du Comité paritaire de l’industrie des services automobiles de Montréal (CPA-Montréal). «Si un mécanicien n’est pas capable de vous expliquer clairement ce qu’il va faire, il faut se demander s’il va être capable de faire la job correctement!»

Comment trouver le mécanicien idéal

Une bonne référence, c’est un bon point de départ pour trouver l’atelier idéal.

L’Office de la protection du consommateur pourra vous renseigner sur les antécédents de l’endroit.

On doit toujours s’assurer de la propreté des lieux, de l’équipement disponible et du créneau d’expertise du garage. Regardez dans le stationnement du garage et si les véhicules sont complètement différents du vôtre, vous n’êtes peut-être pas au bon endroit…

Un bon garagiste devrait être équipé adéquatement pour faire un bon diagnostique sur chacun des véhicules. Il doit entre autres disposer d’un scanneur, capable de lire les codes de votre modèle de voiture.

Il doit conserver un historique des réparations effectuées sur votre voiture afin d’en assurer le suivi.

Adhérer à une bannière reconnue ou faire parti de la liste des garages recommandés par le CAA-Québec peut être un premier pas vers un bon choix… «Le CAA fait déjà une partie des vérifications qu’un client devrait faire. Ils ont des clients-mystère, ils font des appels à la clientèle pour connaître le niveau de satisfaction et vérifient la compétence des mécaniciens en leur faisant passer des tests», mentionne Roger Goudreau. Par ailleurs, en s’adressant à l’un des 450 garages recommandés par le CAA, les membres obtiennent une garantie de 1 an/20 000 km sur la main d’œuvre et les pièces.

Évidemment, avant de choisir votre garagiste, posez-lui quelques questions : Quel type de véhicule répare-t-il habituellement? Quelle est la qualification des gens dans l’atelier? Y a-t-il un système de formation pour maintenir les mécaniciens à jour?

Ce qu’il faut savoir : Au Québec, pour être mécanicien, la formation n’est pas obligatoire…

Formation et cartes de compétences

Au Québec, la Loi n’oblige pas les mécaniciens à suivre une formation. «Mais à cause de la complexité des véhicules, la plupart des mécaniciens ont au moins un diplôme d’études professionnelles dans une école reconnue», ajoute Roger Goudreau, directeur général du CPA-Montréal.

Dans certaines régions du Québec, les qualités professionnelles des mécaniciens sont assurées par un Comité paritaire. Ces organisations octroient les cartes de compétences, obligatoires pour travailler dans un atelier. Dans le jargon du métier, ces travailleurs certifiés sont des compagnons.

Pour devenir compagnon, il faut accumuler 6000 heures de pratique et réussir un examen. Les garages des régions ayant un Comité paritaire sont soumis à une règle stricte : chaque apprenti doit être supervisé par un mécanicien compagnon.

Les Comités paritaires de l’automobile sont présents à Montréal, dans plusieurs régions du Québec et dans les grands centres tels que Québec ou Sherbrooke. Mais dans certaines régions comme la Beauce, l’Abitibi, la Gaspésie, le Centre du Québec, la région de Hull ou de St-Hyacinthe, vous devriez être plus vigilant dans le choix de votre mécano car il n’y a pas de comité paritaire…

Concessionnaire ou garage indépendant?

Quand on parle de mécanique, le concessionnaire reste le spécialiste de la marque qu’il détient. Mais comme il facture généralement plus cher de l’heure et qu’il n’est pas toujours près de chez-vous, un atelier indépendant peut très bien faire l’affaire, même pour une voiture neuve, qu’elle soit louée ou achetée. L’important, c’est de garder ses factures.

«C’est préférable d’aller chez votre concessionnaire pendant la période de garantie, mais ce n’est pas obligatoire!» souligne Roger Goudreau. «Si pour des questions de proximité vous devez aller dans un autre garage pour l’entretien, vous avez l’obligation de faire entretenir votre voiture selon les recommandations du manufacturier qui sont dans votre livret d’entretien et vous devez absolument garder vos factures.»

Le garagiste et la Loi

La Loi sur la protection du consommateur encadre de façon stricte la pratique de la mécanique automobile. Entre autres, l’affichage du tarif horaire est obligatoire. A Montréal, ce tarif se situe entre 60 $ et 70 $ de l’heure.

La loi oblige le réparateur à vous fournir une évaluation écrite avant d'effectuer une réparation dont le prix est supérieur à 100 $.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à demander de voir les pièces remplacées. Le garagiste a l’obligation de les conserver et de vous les montrer.

Le réparateur doit aussi vous remettre une facture détaillée en indiquant, entre autres : la réparation effectuée, les pièces installées, le nombre d’heures facturées, le tarif horaire, le coût total de la main d’œuvre, les taxes, etc.

Finalement, toute réparation sur une auto est garantie pour 3 mois ou 5 000 kilomètres. La garantie prend effet à la livraison de l'automobile.

A éviter

La pire chose qu’un consommateur peut faire, c’est de «courir les spéciaux» et de changer de garagiste trop souvent. «Quand on change de place fréquemment, c’est clair qu’il n’y a aucun suivi, souligne Roger Goudreau , directeur général du CPA-Montréal. Comme il n’y a pas de suivi, on s’expose à toutes sortes de bris et de situations désagréables.»

Liens utiles:

Office de la protection du consommateur :
http://www.opc.gouv.qc.ca/WebForms/SujetsConsommation/Vehicules/ReparationAutomobiles/Evaluation.aspx

Association de protection des automobilistes
http://www.apa.ca

CAA Québec
http://www.caaquebec.com

Comité paritaire de l’industrie des services automobiles de Montréal (CPA-Montréal)
http://www.cpamontreal.ca

Conseil provincial des comités paritaires de l'industrie des services automobiles (CPCPA)

http://www.cpcpa.ca