Légitime dépense


Régimes enregistrés d’épargnes-études

Émission du 4 janvier 2010

Journaliste(s) à la recherche : Julie Paquin

Votre enfant vient tout juste de naître et vous rêvez déjà à sa graduation universitaire? Mais savez-vous ce que coûtent des études postsecondaires? En plus des frais de scolarité, il faut prévoir les livres, le matériel scolaire, le transport et parfois même l’hébergement si votre futur gradué doit quitter le nid familial. Ouf! C’est donc le genre de dépense à planifier à long terme. Mais quel type de placement choisir? Et combien faut-il épargner pour limiter la dette d’études de vos enfants. Légitime dépense dévoile quelques trucs pour bien cerner votre capacité d’épargne et choisir parmi les différentes options qui s’offrent à vous.

Thème(s) : Finances personnelles

Régimes enregistrés d’épargnes-études

Votre enfant vient à peine de naître que déjà vous le voyez entrer à la maternelle puis à son bal de graduation universitaire! On estime aujourd’hui que lorsqu’il atteindra 18 ans, une année d'étude universitaire coûtera plus de 10 000 $ au Québec. Pour être en mesure d’assumer pareille dépense, les parents doivent non seulement investir très tôt mais également faire fructifier leurs placements.

Pour financer les études postsecondaires de leurs petits génies, un outil d’épargne/placement est offert aux parents : c’est le Régime enregistré d'épargne-études ou REÉÉ.

La différence entre un REÉÉ et un REÉR

Sophie Roussin, analyste en finances personnelles et endettement à l’Union des consommateurs, fait la distinction entre le REÉÉ et le REÉR (régime enregistré d’épargne retraite): « Contrairement à un REÉR, les cotisations versées dans un REÉÉ ne sont pas déductibles d’impôt. Les revenus de placement continuent de fructifier à l’abri de l’impôt jusqu’à ce que l’étudiant reçoive l’argent investi dans le REÉÉ. Son revenu annuel sera alors imposé sur les revenus générés par le régime. Par ailleurs, comme un étudiant a souvent un faible revenu, il paiera très peu d’impôt, voire même pas du tout. »

Votre épargne bonifiée par des subventions

Actuellement, le capital investi dans un REÉÉ peut être bonifié à l’aide de trois subventions gouvernementales :

- Bon d'études canadien
http://www.cibletudes.ca/fra/epargner/bec/brochure/bec.shtml

- Subvention canadienne pour l'épargne-études
http://www.cibletudes.ca/fra/epargner/SCEE/brochure/scee.shtml

- Incitatif québécois à l'épargne-études
http://www.revenu.gouv.qc.ca/fr/citoyen/credits/credits/iqee/default.aspx

En tenant compte des revenus des parents et des montants investis dans un REÉÉ, des subventions pouvant aller jusqu'à
12 800$ pourraient ainsi être ajoutées à l’épargne par les deux paliers de gouvernement.

Un conseil de notre spécialiste pour les familles à faible revenu!

« Même si vous n'avez pas les moyens d'épargner, vous pourriez accumuler plus de 2 000 $ pour les études de votre enfant. Si votre revenu familial net est inférieur à 38 832 $, le gouvernement canadien peut en effet couvrir les frais d'ouverture d'un REÉÉ, y déposer 500 $ dès maintenant et 100 $ par année pendant 15 ans. De plus, vous accumulerez les intérêts de cette subvention» précise Sophie Roussin.

Pour bénéficier de ces subventions, vous devez d’abord demander un numéro d’assurance sociale pour votre enfant auprès du gouvernement fédéral. Ensuite, ce sont les fournisseurs du REÉÉ qui auront à demander et à gérer les subventions. Mais avant de choisir un fournisseur et de vous inscrire à un régime, il importe de déterminer le montant que vous souhaitez investir.

Première chose : établir un budget!

Prenons le cas fictif de Julien né en 2010. Pour payer ses études postsecondaires incluant quatre années d’université, ses parents devraient accumuler plus de 56 000 $ d’épargne. Pour atteindre cet objectif en 2027, il leur faudrait injecter 153 $ par mois dans un REÉÉ dès cette année et pour les 17 années subséquentes.

Règle numéro un : plus tôt on commence à épargner, moins les déboursés mensuels seront élevés pour atteindre notre objectif. Pour certaines familles, 150$ par mois, c’est encore beaucoup d’argent! En fait, dans un REÉÉ, on peut investir selon nos moyens. « Allez-y avec ce que votre budget vous permet, conseille Madame Roussin. Un petit montant par mois ou même 5 $ aux trois mois, cela s’accumule au fil des ans!»

Pour vous aider à planifier le montant dont vous aurez besoin pour payer les études de vos enfants, la plupart des institutions financières et autres fournisseurs de REÉÉ offrent des outils de calculs interactifs. Attention cependant, certains calculateurs basent leurs prévisions sur des estimations canadiennes. Or, le Québec est la province où les frais de scolarité sont les plus bas. Assurez-vous donc d’utiliser un calculateur, celui de Desjardins par exemple, qui tient compte du contexte québécois.

Choisir le régime qui vous convient

Une fois votre capacité d’épargne évaluée, il faudra choisir dans quel régime investir cet argent. Il y a trois types de régimes: individuel, familial et collectif.

« Si vous prévoyez investir pour plusieurs enfants, il est préférable de choisir un régime familial car il offre la possibilité de transférer les fonds d'un enfant à un autre. Un enfant dont les études seraient plus dispendieuses pourrait ainsi profiter d’une plus grande part du régime » précise l’experte.

Les régimes individuels et familiaux sont offerts dans les institutions financières comme les caisses ou les banques. Pour ce qui est des régimes collectifs, ils sont administrés par des fondations privées. Bien qu’ils comportent certains avantages financiers pour les gens ayant un revenu plus élevé, les régimes collectifs se révèlent toutefois généralement plus contraignants. Par exemple, vous pourriez perdre vos subventions et vos intérêts si vous arrêtiez de souscrire ou si votre enfant n’allait pas à l’université.

Quel que soit le type de régime que vous adopterez, l’important sera de poser les bonnes questions et de s’assurer d’obtenir toutes les réponses.

« Qu’est-ce qui se passe avec mon régime si mon enfant abandonne ses études après le secondaire? Est-ce que mon enfant peut aller dans n’importe quelle université? Est-ce qu’il sera possible de transférer les fonds dans une autre institution financière? Il y a énormément de questions à poser à son fournisseur avant de signer un contrat » met en garde la spécialiste.

En magasinant votre régime, vérifiez aussi les frais d'adhésion, de gestion et d’administration. Ils peuvent gruger votre épargne de façon importante! Assurez- vous aussi que vous pourrez suspendre vos cotisations sans pénalités en cas de difficultés financières passagères.

« Les cotisations que vous avez faites vous appartiennent toujours. Mais les subventions et les intérêts pourraient vous être retirés selon les modalités du contrat. Informez-vous sur ces modalités avant de vous engager» précise Mme Roussin.

« Consulter un planificateur financier pourrait s’avérer un atout important. Ce professionnel pourra vous guider par la suite dans la gestion de votre régime afin que votre épargne profite au maximum. De toute façon, méfiez-vous des vendeurs qui n’attendent que le passage de la cigogne pour vous solliciter. »

« Certaines fondations notamment effectuent un important démarchage, opine l’analyste de l’Union des consommateurs. Les gens reçoivent des visites ou des appels et ils ressentent souvent une grande pression qui les incite à signer un contrat sans en évaluer toutes les clauses. Un prospectus de régime épargne-études comporte souvent une centaine de pages. Ne signez pas un contrat sur le coin d’une table parce qu’il faut investir à toute vitesse dans un REÉÉ. Prenez le temps de magasiner pour trouver le meilleur véhicule d’épargne pour vous », conseille Sophie Roussin. Et rappelez-vous, peu d’épargne vaut mieux que pas d’épargne du tout. Alors, si vous pensez investir dans un REÉÉ pour votre futur ingénieur, musicien ou médecin, allez-y donc selon vos moyens. Il y a autant de régimes qu’il y a de futurs métiers. Il n’y a pas de magie, pour s’y retrouver, il faut les comparer!

Pour en savoir plus, visitez le site Internet http://www.cibletudes.ca/ du gouvernement fédéral. Et pour comparer les régimes offerts, consultez les sites internet des différents fournisseurs.

Site Internet de références (web)

Ciblétudes est une source complète d'informations en ligne au sujet de l'épargne-études pour un enfant.
http://www.cibletudes.ca
http://www.rhdcc.gc.ca/fra/apprentissage/epargne_education/public/reee.shtml

Brochure: Régime d'épargne spécial pour les études
http://www.cibletudes.ca/fra/epargner/reee/brochure/reee.shtml

Brochure: Bon d'études canadien
http://www.cibletudes.ca/fra/epargner/bec/brochure/bec.shtml

Brochure: Subvention canadienne pour l'épargne-études
http://www.cibletudes.ca/fra/epargner/SCEE/brochure/scee.shtml

Agence de revenu du Canada
http://www.cra-arc.gc.ca/F/pub/tg/rc4092/rc4092-f.html

Incitatif québécois à l'épargne-études
http://www.revenu.gouv.qc.ca/fr/citoyen/credits/credits/iqee/default.aspx

Logiciel de calcul du coût des études postsecondaires
http://www.desjardins.com/fr/particuliers/outils/simulateurs/ree/index.jsp

Site de l'Union des consommateurs
http://www.reee-info.org/

Université de Sherbrooke - Outil Budget
http://www.usherbrooke.ca/monbudget/index.php