Légitime dépense


Mon premier cellulaire

Émission du 7 septembre 2009

Journaliste(s) à la recherche : Carole Bouchard

Au Canada, un ado sur trois possède un téléphone cellulaire. Cet outil de communication est la première source d'endettement chez les jeunes. Et qui paie la note lorsqu'elle dépasse la capacité de payer de l’adolescent? Bien souvent, ce sont les parents! Il est donc primordial de choisir un forfait qui corresponde aux besoins réels de son ado. L’équipe de Légitime dépense suit un père qui accompagne son fils pour magasiner son premier cellulaire. Une spécialiste en consommation explique comment bien cerner vos besoins et éviter les offres alléchantes qui pourraient se transformer quelques mois plus tard, en facture plus salée que prévu!

Thème(s) : Consommation jeunesse , Télécommunications

Mon premier cellulaire

Forfaits cellulaires pour ados

Quand deux ados sur trois ont un téléphone cellulaire, c’est plus qu’une mode, c’est un véritable phénomène!

Frankie Sanglard, 15 ans, fait partie de la minorité d’adolescents qui n’a pas encore de portable… Car à entendre la plupart des adolescents, «Tous leurs amis en ont un…» et «C’est normal d’avoir un cellulaire !»

Selon Myriam Chagnon, conseillère du volet jeunesse chez Option consommateurs, la première question qu’on doit se poser avant même de commencer à magasiner un téléphone cellulaire pour un adolescent, c’est combien d’argent on est prêt à payer chaque mois pour ce service. Ensuite, il faut fixer des règles d’utilisation pour ne pas dépasser cette limite.

Pour Frankie, la limite idéale se situerait autour de 50 dollars par mois. Mais son père, Pierre Sanglard, voit les choses différemment. «Avec 35 dollars on peut te trouver un téléphone qui répond à tes besoins, donc on va s’en tenir à 35 dollars!»

Évidemment, la personne qui est titulaire d’un compte a la responsabilité de le payer. «De plus en plus, les entreprises de téléphonie cellulaire mettent des mentions dans les dossiers de crédit quand un compte n’est pas réglé à temps… La personne qui est titulaire du compte vivra longtemps avec les conséquences » ajoute Myriam Chagnon.

Évidemment, avec les ados, le titulaire du compte, c’est le parent! Surveillez vos ados si vous ne voulez pas passer à la caisse!

Règle numéro un

Quand vient le temps de magasiner un téléphone cellulaire, les parents et leurs ados doivent évaluer leurs besoins. Pour Myriam Chagnon, c’est une étape particulièrement importante puisqu’elle facilitera la recherche du bon appareil et du bon forfait.

Quel est la meilleure option pour un jeune qui envoie surtout des messages textes ou pour l’ado qui parle tous les soirs avec les mêmes amis… ou pour celui qui a tout simplement besoin de joindre ses parents en tout temps? A-t-il besoin d’une boîte vocale, de l’appel en attente, de sonneries multiples? Quel téléphone acheter? Avec ou sans clavier? Avec ou sans appareil photo?

Les options les plus en demande

Les options les plus en demande chez les jeunes sont la prise de photos, le lecteur MP3 intégré et surtout les textos!

«Les gadgets, c’est ce qui semble le plus intéressant pour les jeunes dit Myriam Chagnon d’Option consommateurs. Avant de céder aux demandes de leurs ados, les parents doivent se demander si c’est vraiment nécessaire de payer pour ça…»

Pour la plupart des adolescents, le téléphone cellulaire apporte à la fois un sentiment d’autonomie de sécurité. «Je peux appeler mes parents, mes amis… Je peux communiquer avec n’importe qui, n’importe où»… Le portable semble être devenu un moyen de communication essentiel à la vie sociale!

En plus de magasiner l’appareil idéal, trouver un cellulaire c’est surtout trouver le bon forfait. Lequel répondra le mieux aux besoins de votre ado sans dépasser votre budget? Vaut-il mieux prendre un contrat à long terme ou une carte prépayée sans contrat? Sans oublier le texto! «Sachant que c’est une option très populaire chez les jeunes, ça peut orienter le magasinage souligne Myriam Chagnon. Vous tenterez peut-être de trouver un forfait qui va inclure un certain nombre de message textes gratuits!»

Carte prépayée ou forfait mensuel?

«La carte prépayée peut être avantageuse pour contrôler les coûts selon Myriam Chagnon. Une fois les minutes expirées, il faut en acheter une autre si on veut continuer à utiliser le téléphone.» Résultat, vous avez le contrôle sur le budget mensuel!

Un exemple : avec une carte prépayée de 15 $, il est possible de faire un total de 50 minutes d’appels pour un mois… Si votre ado parle 49 minutes la première journée… à vous de décider si vous voulez acheter une autre carte!

La bonne affaire donc, c’est que les services à la carte prépayés sont offerts sans engagement et qu’ils permettent un meilleur contrôle des coûts. Cependant, la minute est plus chère sur une carte prépayée qu’avec un forfait.

C’est pourquoi les compagnies de téléphonie cellulaire proposent aussi des forfaits mensuels. Ces contrats à long terme peuvent cependant présenter quelques désavantages, notamment les dépassements de coûts et les frais de pénalité en cas de la résiliation du contrat.

Un vendeur propose à Frankie un forfait de 100 minutes de jour facturé à la seconde et les appels sont illimités le soir et le week end pour 35 dollars par mois. Le téléphone est gratuit à la signature du contrat, qui a une durée de deux ans ou de trois ans.

Attention, nous dit Myriam Chagnon : «Il ne faut pas se laisser berner et s’imaginer que le forfait est avantageux parce que le téléphone peut nous sembler gratuit. Il faut être conscient que le téléphone, on le paie quand même, mais les paiements sont étalés sur plusieurs mois. Souvent les services à la carte vont rebuter les gens parce qu’ils ont l’impression qu’il faut, en plus, acheter l’appareil.»

Mme Chagnon admet toutefois volontiers que les forfaits mensuels présentent un avantage économique. « Mais seulement si on utilise le téléphone fréquemment. Et attention, si en cours de route vous annulez votre contrat, il y a des frais de pénalité qui sont assez élevés (quelques centaines de dollars).

Heureusement, le Gouvernement québécois a déposé un projet de loi visant, entre autres, à limiter les abus dans la facturation des frais d'annulation. Une loi qui devrait entrer en vigueur dans les prochains mois (2009-2010), si tout va bien!

Premier cellulaire» : Mode d’emploi

1. Bien déterminer l’usage que vous ferez de l’appareil et le montant que vous êtes prêts à payer chaque mois.
Types de besoins :
-Zone et région ou l’appareil sera utilisé
-Minutes d’appels de jour ou de soir
-Textos (illimités ou pas?)
2. Comparez plusieurs offres de différents fournisseurs. Elles changent souvent et sont disponibles sur Internet.
3. Posez beaucoup de questions aux vendeurs sur les conditions et la nature du contrat.
4. Attention aux téléphones qui donnent accès à Internet si ce n’est pas compris dans le forfait.
5. Avant de signer un contrat, connaissez bien votre forfait. Sachez ce qu’il comprend et quand se terminent les promotions.
Ex : Il faut savoir à quelle heure commence les tarifs de soirée (moins chers). Cette heure diffère d’une compagnie à l’autre.
6. Vérifiez les conditions de résiliation de contrat à long terme.
7. Regardez et analysez bien chaque facture pour vérifier que l’utilisation est conforme aux besoins établis au départ.


Fonctions du téléphone cellulaire les plus utilisées par les ados:

1- Téléphoner
2- Texto
3- Prendre des photos - (en passant, les envoyer coûte très cher)
4- En dernier lieu, le téléchargement de la musique.

Références

Option consommateurs
Tél : 514-598-7288
Site web :http://www.option-consommateurs.org
** Option consommateurs complète une étude, financée par Industrie Canada, sur l’endettement des jeunes et le cellulaire. Les résultats seront dévoilés à l’automne 2009.

Industrie Canada
http://www.ic.gc.ca/eic/site/oca-bc.nsf/fra/ca02271.html
** Beaucoup d’informations sur l’achat d’un téléphone cellulaire