Légitime dépense


Lunettes sans ordonnance

Émission du 23 novembre 2009

Journaliste(s) à la recherche : Nathalie Lemieux

Vous venez d’avoir quarante ans et vous n’arrivez plus à lire le journal le matin? Les lunettes de lecture disponibles sans ordonnance à la pharmacie ou dans les grandes surfaces vous font de l’œil avec leurs prix avantageux? Mais ces lunettes ne sont pas faites pour tout le monde. Si vous hésitez à payer le gros prix pour les lunettes d’ordonnance, Légitime dépense vous propose un guide pour y voir clair avant de décider si ces lunettes pas chères sont adéquates pour vous.

Thème(s) : Santé

Lunettes sans ordonnance

La quarantaine vous rattrape? Vos bras ne sont plus assez longs pour lire le journal du matin? Les lunettes en vente libre sur les présentoirs de la pharmacie vous font peut-être de l’œil… Leur prix est avantageux, c’est vrai ! Mais avant d’acheter, un examen de la vue s’impose !

Pour vous conseiller dans votre choix de lunette, qui de mieux placé que la présidente de l’Ordre des optométristes du Québec. Selon le Dre Lise-Anne Chassé, la première chose à faire quand on se rend compte que notre vue baisse, c’est de consulter un spécialiste. «Quand vous notez que vous avez des problèmes de vision rapprochée, il faut absolument aller consulter un spécialiste avant de faire quelque achat que ce soit. Pourquoi s’en priver? Un examen de la vue complet afin d’évaluer votre santé oculaire et vos besoins en lunettes va coûter entre 50 $ et 60 $ en général », estime-t-elle.

Une fois que vous avez votre ordonnance en main, plusieurs choix s’offrent à vous. Dans les lunetteries, vos verres et montures devraient coûter entre 100 et 600 $. En pharmacies ou dans les grandes surfaces, vous trouverez des lunettes de lecture à des prix allant de 1 à 30 $. Pas cher! Mais est-ce que ça peut faire l’affaire?

«Si un patient a son ordonnance et qu’elle lui a été expliquée par son optométriste, il peut faire le choix d’acheter des lunettes prêt à porter… Ce qu’il faut savoir, c’est que ces lunettes sont entre 0.50 et 3.25 de force. Elles sont de force égale dans les deux yeux. Et c’est une paire de lunette qui est ajustée en moyenne pour tout le monde.»

Les lunettes d’ordonnance, au contraire, sont ajustées sur mesure. L’optométriste veille également à ce que les verres soient bien centrés avec les yeux et qu’il n’y ait pas de distorsions!

« Si votre optométriste vous dit que vous avez les deux yeux de même force et que vous n’avez pas à porter des lunettes très souvent, il n’y a pas d’énormes risques, admet la spécialiste des yeux. Le risque, c’est la fatigue visuelle, ou d’arriver dans les zones de distorsion de la lunette quand on regarde un peu de côté. Mais on ne perdra pas la vision à cause de ça!», nous rassure Mme Chassé.

Pas dangereuses… mais pas pour tout le monde

« Les lunettes prêt à porter sont des lunettes de dépannage, précise la présidente de l’Ordre des optométristes. Pratiques oui, mais pas recommandées pour les personnes qui lisent beaucoup ou qui passent leur journée devant un écran d’ordinateur. »

Et attention, les lunettes disponibles en pharmacie sans ordonnances ne sont pas faites pour tout le monde!

«Ce sont des lunettes pour les presbytes, donc pour des patients de 40 ans et plus. Ces lunettes ne doivent jamais être portées par des plus jeunes, surtout pas par des enfants. Il pourrait y avoir d’énormes dommages parce qu’un enfant n’est
pas presbyte », précise Mme Chassé.

Soyez vigilants

Vous avez le profil et lorgnez toujours vers les lunettes sans ordonnance? Assurez vous qu’elles respectent ces normes de base : les lentilles doivent être uni focales; leur puissance doit être uniquement sphérique, égale dans les deux lentilles et se situer entre +0.50 et +3.25 dioptries. Ça peut être difficile à évaluer à vue de nez! Mais rien ne vous empêche de demander à votre spécialiste de les examiner. C’est d’ailleurs ce que conseille le Dre Chassé.

«Si vous achetez une lunette dans une grande surface et que vous n’êtes pas sûr de ce que vous avez acheté, allez chez votre optométriste et faites-la évaluer et demandez lui son opinion sur la lunette que vous avez acheté. Il est de son devoir de vous expliquer les autres produits et de vous donner l’heure juste. »

« Vous en aurez pour votre argent »

« Ce qui est essentiel de savoir, poursuit la spécialiste, c’est que si vous achetez des lunettes prêt à porter, vous n’avez pas d’anti-égratignures, vous n’avez pas d’anti-reflet sur ces lentilles. Vous n’avez pas de norme d’épaisseur de la lentille et vous n’avez pas de norme sur la distorsion… alors vous en avez pour votre argent », conclue-t-elle.

Fait à noter, ni l’Ordre des optométristes du Québec, ni l’Office de la protection du consommateur ne sont responsables de l’acuité des lunettes vendues en grandes surfaces. On se fie sur la bonne foi du fabricant.

En terminant, la présidente de l’Ordre des optométristes y va d’une dernière mise en garde: «Si quelqu’un achète une lunette prêt à porter, ça n’est vraiment que pour du dépannage, c’est temporaire. D’ailleurs, c’est très bien écrit sur l’étiquette… encore faut-il voir assez clair pour être capable de la lire!»

Liens et références :

L’Ordre des optométristes du Québec
http://www.ooq.org/

L’Association des optométristes du Québec
http://www.aoqnet.qc.ca/revue_optometriste.php

L’ordre des opticiens d’ordonnances du Québec
http://www.oodq.qc.ca/index.htm