Légitime dépense


Assistance routière

Émission du 16 septembre 2013

Journaliste(s) à la recherche : Julie Paquin

Des pépins sur la route, ça peut arriver n’importe quand. Une crevaison, des clés perdues, une batterie à plat, personne n’est à l’abri de ce genre d’incidents. C’est la raison pour laquelle les fabricants, assureurs et entreprises privées offrent des services d’assistance routière. Mais, vaut-il mieux débourser à la pièce en faisant appel à un garagiste ou un remorqueur au besoin ou payer une prime annuelle et risquer de ne jamais utiliser ces services? Légitime dépense vous aide à prendre une bonne décision.

Thème(s) : Automobile et autres transports , Finances personnelles , Voyages

Assistance routière

Des petits pépins sur la route, ça peut arriver à tout le monde. CAA Québec compte 1,2 million de membres partout dans la province et reçoit annuellement environ 650 000 appels pour un service de dépannage. Bien que personne ne soit à l’abri d’un imprévu sur la route, on peut se demander s’il vaut la peine de disposer d’un service d’assistance routière. Serait-il plus avantageux financièrement de faire appel soi-même à une compagnie de remorquage lors d’un incident et débourser les frais à la pièce?

L’assistance routière c’est utile...
Si notre véhicule est usagé ou n’est pas en bonne condition
Si on envisage un long voyage au Canada, aux États-Unis ou au Mexique
Si on fait beaucoup de route en général
Si on a tendance à rouler sur de petites routes de campagne, loin des grands centres
Si on possède un véhicule sans pneu de secours : c’est le cas de certaines BMW par exemple
Si on possède un véhicule particulier qui nécessite un entretien dans un garage précis :
Westfalia, véhicule de luxe ou modifié, etc.

L’assistance routière ce n’est pas utile...
Si notre voiture couverte par la garantie du fabricant
Si on fait toujours le même circuit routier (on peut cibler à l’avance les garages à proximité)
Si on reste dans les centres urbains

Les différents services disponibles
CAA Québec est sans contredit le service d’assistance routière le plus répandu dans la province. Mais il existe plusieurs autres options.

- CAA Québec : 85 $ par année (de base)
ll faut souligner que CAA Québec donne droit à une multitude de services au-delà du dépannage sur la route (habitation, voyages, rabais, récompenses, etc.).

- Les constructeurs automobiles : gratuit
Les constructeurs automobiles offrent une assistance routière de 3 à 5 ans pour les voitures neuves ou louées et même pour certaines voitures usagées certifiées. Normalement, cette assistance routière suit la garantie du véhicule.

- Canadian Tire : 70 $ par année (de base)
On vous remorque au garage Canadian Tire le plus près autant de fois que vous souhaitez. Il est possible de vous remorquer dans d’autres garages, mais une limite s’applique.

- Costco : 70 $ par année (de base)
Il faut être membre de Costco pour pouvoir s’abonner à ce service d’assistance routière.

- OnStar : 289 $ par année (Programme sain et sauf)
Pour certains modèles de véhicules de marque GMC, Chevrolet, Buick et Cadillac. Il suffit d’appuyer sur un bouton situé sur le rétroviseur du véhicule pour parler à quelqu’un. L’unicité de ce programme est l’assistance routière en cas d’impact. Il est toutefois l’un des plus chers.

- Les compagnies d’assurances : prix variable
Certaines compagnies proposent un avenant sur leur contrat d’assurance automobile. Dans certains cas, avoir l’avenant 33 se traduit par un abonnement chez CAA Québec et votre assureur paie la différence entre ce qui est couvert par CAA et le coût réel du dépannage.

- Les cartes de crédit : gratuit avec certaines cartes de crédit
Certaines cartes de crédit, qui comportent des frais annuels, offrent un service d’assistance routière. Il est aussi possible d’ajouter le service avec la plupart des cartes de crédit en payant un supplément annuel.

- Compagnies de téléphonie mobile : prix variables
Quelques grandes compagnies de téléphonie mobile offrent le service d’assistance routière. Il s’agit d’une option qu’il est possible d’ajouter sur son forfait mensuel. Cette option semble peu populaire.

Chaque programme a ses particularités. Renseignez-vous comme il faut sur ce que le programme comprend et assurez-vous que celui-ci correspond à votre profil d’automobiliste!

Comment choisir son service d’assistance routière
D’abord, il faut savoir que certains services sont liés au véhicule et d’autres à l’abonné. Par exemple, CAA Québec donne un service à l’abonné alors que les constructeurs automobiles donnent un service pour un véhicule particulier. Selon George Iny, directeur de l’Association pour la protection des automobilistes (APA), il est préférable d’opter pour un service lié au véhicule puisque cela peut éviter de payer plusieurs abonnements dans le cas où plusieurs personnes se partagent le même véhicule.

La majorité des services d’assistance routière vont inclure le survoltage, le déverrouillage des portières, le changement de pneu en cas de crevaison, la livraison d’essence, le remorquage vers un garage, le service d’un treuil (si vous êtes enlisé dans la neige ou dans la boue).

Toutefois, là où les services se démarquent les uns des autres c’est en ce qui concerne le nombre d’appels annuels inclus dans le forfait et la distance du remorquage. Le territoire couvert est également une variable qui pourrait guider votre choix. Si vous voyagez aux États-Unis par exemple, vérifiez que le service d’assistance routière couvre la région que vous visitez. Enfin, assurez-vous de pouvoir obtenir un service en français en tout temps, ici ou ailleurs au Canada et aux États-Unis.

Il faut dire qu’avec le temps, les services d’assistance routière se sont diversifiés. Certains programmes, notamment celui de CAA Québec, offrent bien plus que du dépannage sur la route. Programmes de récompenses, assurance voyage, rabais et bien d’autres choses font partie des avantages offerts aux abonnés. Quant à OnStar il semble être le seul à offrir un service en cas d’impact. Si vous roulez sur de petites routes de campagne isolées, c’est peut-être un élément qui vous attirera. Bref, analyser les avantages de chaque programme dans l’ensemble, au-delà de l’assistance routière, pourra sans doute vous aider à faire votre choix!

Est-ce qu’il y a un service meilleur qu’un autre?
Comparer les services s’avère une opération difficile puisqu’ils n’offrent pas tous les mêmes avantages. Nous avons posé la question à George Iny qui nous a confié que le service de Costco n’a jamais fait l’objet de plainte auprès de l’APA. Quant à Canadian Tire, ce dernier ne le conseille pas puisqu’un remorquage vous amènera dans les garages de la chaîne. De plus, selon les enquêtes de l’APA, les garages Canadian Tire ont tendance à gonfler les factures. CAA demeure une bonne option selon George Iny puisqu’il y a tout un système d’avantages autour de l’abonnement annuel. Il précise toutefois que l’abonnement classique à 85 $ par année qui comprend un remorquage à seulement cinq kilomètres du lieu de la panne est mince. Il faut s’attendre à payer un supplément en cas de remorquage.

Et si vous payez à la pièce…
Si vous appelez un service de dépannage pour un déverrouillage de portières ou pour un survoltage, il vous en coûtera environ 45 $ plus taxes dans la région de Montréal. Il faudrait donc deux appels par année pour rentabiliser un abonnement CAA. Cela en ne considérant pas les rabais et autres récompenses qu’un abonnement CAA peut procurer à celui qui sait en profiter. Pour un service de remorquage, il en coûte environ 70 $ pour un véhicule standard et un supplément de 2 $ à 2,50 $ du kilomètre. Il faudrait donc faire appel à ce service une fois (selon le nombre de kilomètres) pour rentabiliser son abonnement.

Intervenant
George Iny, président de l’Association pour la protection des automobilistes (APA)