Légitime dépense


Les kayaks

Émission du 25 mars 2013

Journaliste(s) à la recherche : Marianne Chouinard

Pour relaxer en observant le paysage ou pour vivre des émotions fortes, le kayak constitue une activité populaire, avec raison! Avec ses nombreux lacs et rivières, le Québec est un véritable paradis du kayak. En tandem ou en solo, de rivière ou de mer, l’offre est variée, tout comme les prix. Choisir un kayak n’est effectivement pas évident lorsqu’on débute. Légitime dépense a rencontré un spécialiste afin de vous guider.

Thème(s) : Sports et loisirs

Les kayaks

À l’approche du printemps, vous songez à acquérir un kayak pour profiter des nombreux plans d’eau qu’offre le Québec. Que ce soit pour de longues expéditions dans le fjord du Saguenay, des émotions fortes dans les rapides de la rivière Rouge ou une balade sur le lac au chalet, Légitime dépense vous aide à choisir votre premier kayak.

Avant de donner son premier coup de pagaie, il faut d’abord savoir quel type de pratique nous intéresse : le kayak en eaux vives, celui de mer ou le récréatif. Chacun offre une stabilité différente, qui peut ne pas convenir à tous.

Kayaks récréatifs
Les kayaks récréatifs sont bien adaptés aux gens qui débutent. Ils mesurent de 12 à 15 pieds de long et de 25 à 30 pouces de large. Ces dimensions offrent une bonne stabilité, ainsi qu’une bonne manœuvrabilité. Certains modèles sont également offerts en format tandem.

Dans la même catégorie, l’on trouve aussi des kayaks dits sit-on-top ou autovideurs. Ils permettent de ne pas se retrouver la tête à l’envers dans l’eau lorsqu’on chavire. « Ils sont idéaux pour les gens qui n’aiment pas être enfermés ou pour les familles qui veulent faire des balades récréatives, explique Jean-Sébastien Tougas, spécialiste nautique de Mountain Equipment Co-op (MEC). On peut sauter à l’eau et rembarquer facilement sur un tel kayak. »

Pour un sit-on-top, l’expert suggère le Juntos de Feel Free à 695 $ ou le Corona de Feel Free, un tandem à 895 $. Pour des embarcations récréatives fermées, il propose le Flex 11 avec dérive, à 725 $, ou avec gouvernail, à 825 $.

Kayaks de mer
Pour des expéditions de quelques jours, il faut se tourner vers des kayaks de mer. Plus longs que les kayaks récréatifs, ils mesurent généralement de 15 à 17 pieds. Ils sont dotés de caissons étanches, qui permettent de transporter du matériel. Enfin, leur étroitesse aide à naviguer en ligne droite sur de longues distances.

Ici, Jean-Sébastien Tougas propose l’Islay LV avec dérive, à 1200 $, ou avec gouvernail, à 1395 $.

Kayaks de rivière
Ce modèle est avant tout réservé à ceux qui aiment l’action. Très courts, de cinq à sept pieds, et à la forme banane prononcée, ces kayaks sont faits pour s’amuser dans des rapides et surfer sur des vagues. Ils se manœuvrent rapidement, afin d’éviter les rochers et autres obstacles.

Matériaux
Au moment de magasiner, il est aussi important de prendre en compte le type de matériau. Les kayaks récréatifs sont généralement en plastique roto moulé, un matériau très résistant. Jean-Sébastien Tougas conseille de porter une attention particulière à l’épaisseur du plastique. Trop mince, il sera moins résistant à long terme et sera affecté plus facilement par les rayons du soleil. L’embarcation sera aussi plus souple, donc moins rapide.

On trouve également des kayaks en fibre de verre, en Kevlar et en carbone. Ces matériaux présentent un fini très lisse et une rigidité accrue. Ils se déforment donc moins une fois dans l’eau, ce qui permet de conserver sa vitesse plus facilement.

Gouvernail et dérive
Certains modèles récréatifs ou de mer sont munis d’un gouvernail ou d’une dérive. Le gouvernail, idéal pour les novices, sort complètement de l’embarcation. On le dirige à l’aide des appuis-pieds ou de pédales.

Quant à la dérive, elle descend sous l’embarcation et permet de garder sa ligne droite et de prévenir une dérive latérale causée par le vent.

Dans un cas comme dans l’autre, ces éléments permettent de garder le cap.

Embarcation usagée et location
Acheter une embarcation usagée s’avère une bonne option lorsqu’on est débutant. On en trouve d’ailleurs de tous les prix sur des sites comme LesPac et Kijiji ou encore sur des sites spécialisés comme QuebecKayak.qc.ca, e-Sport.ca et Espaces.ca.

Avant de s’en procurer un, il est conseillé d’essayer le genre de modèle qui nous intéresse. Pour ce faire, la location est tout indiquée. Des boutiques comme MEC et La Cordée offrent un tel service. La SÉPAQ loue également des embarcations dans certains de ses parcs.

Pour les néophytes, la location auprès d’une école de kayak représente peut-être la meilleure solution, le kayak et l’équipement étant généralement fournis. Une formation d’une journée coûte de 100 $ à 200 $.

Sécurité à bord
Question sécurité, Transports Canada oblige les gens à se munir de cinq éléments essentiels, à commencer par un VFI (vêtement de flottaison individuel). On en trouve de 100 $ à 200 $. Ensuite, on doit se doter d’un sifflet (de 1 $ à 5 $), une lampe de poche, une pompe (environ 30 $) et une ligne d’attrape flottante de 15 mètres (environ 20 $).

Entretien
Enfin, pour un achat durable, il est important de porter une attention particulière à l’entretien de son embarcation. « Le pire ennemi du kayak est le soleil. Il faut donc idéalement l’entreposer à l’intérieur, explique Jean-Sébastien Tougas. Si l’on va en eau salée, l’on doit toujours le rincer à l’eau claire pour éviter que le sel abîme les matériaux souples. Appliquer un enduit UV quelques fois par année aide également à prolonger sa vie. »

L’acquisition d’un kayak n’est donc pas à prendre à la légère, si vous ne voulez pas vous retrouver à naviguer en eaux troubles!

Intervenants :

Jean-Sébastien Tougas
Spécialiste nautique de Mountain Equipment Co-op (MEC)

Philippe Pelland
Directeur général de la Fédération québécoise du canot et du kayak (FQCK)