Légitime dépense


Les traitements de pelouse

Émission du 18 mars 2013

Journaliste(s) à la recherche : Florence Riel St-Pierre

Le gazon est plus vert chez votre voisin? La solution pourrait être de donner au vôtre un peu plus d’amour. On vous explique donc comment. Manque de temps ou d’intérêt? Heureusement une autre option existe et c’est d’engager une entreprise qui traitera votre pelouse du printemps jusqu’à l’automne. Mais quels sont les services offerts par de tels spécialistes et à quels prix? Légitime dépense vous donne tous les outils afin d’obtenir un terrain en santé sans vous ruiner!

Thème(s) : Habitation: construction, rénovation et entretien

Les traitements de pelouse

Le gazon est plus vert chez votre voisin? La solution pourrait être de donner au vôtre un peu plus d’amour. On vous explique donc comment. Manque de temps ou d’intérêt? Heureusement, une autre option existe et c’est d’engager une entreprise qui traitera votre pelouse du printemps jusqu’à l’automne. Mais quels sont les services offerts par de tels spécialistes et à quels prix? Légitime dépense vous donne tous les outils afin d’obtenir un terrain en santé sans vous ruiner!

Avant de traiter une pelouse, encore faut-il l’entretenir. Car une pelouse en santé sera moins vulnérable aux maladies, mauvaises herbes et insectes.

Bonne fertilisation : il est important d’utiliser des engrais à dégagement lent, ce qui lui permet de nourrir le gazon pendant plusieurs semaines. Il faut au moins trois ou quatre applications d’engrais par année. On recommande également de ne pas employer de phosphore, sauf pour un gazon nouvellement planté. Au Québec, les sols sont, en règle générale, assez riches en phosphore, à moins de constater le contraire dans une analyse. De plus, le phosphore contribue au phénomène des algues bleues. Alors, moins on en met, mieux se portent nos lacs et rivières.

Pour les gens qui désirent faire la fertilisation de leur terrain eux-mêmes, il faut compter environ 100 $ par année pour un terrain de grandeur moyenne, soit environ 5000 pieds carrés.

Tonte haute : à huit cm du sol, pour garder l’humidité et renforcer les racines.

Irrigation : en période de sècheresse, le gazon peut survivre pendant quatre ou cinq semaines, car il ralentit sa croissance pour se protéger. Il deviendra jaune, mais n’est pas mort. Quand la pluie reviendra, il recommencera à pousser. Au-delà de cette période, pensez à arroser, environ un demi-centimètre d’eau par semaine, soit environ 30 minutes, pour le garder vivant. En période normale, arrosez une heure par semaine, afin de bien l’irriguer. Idéalement, il est préférable d’arroser le matin, car si de l’eau demeure sur le feuillage pendant de longues périodes, par exemple durant la nuit, cela favorisera les maladies, comme les champignons.

Aération de votre pelouse : surtout le printemps ou l’automne, quand le gazon est en croissance. Cela lui permet de se décompacter et de recevoir de l’oxygène, car toute la flore microbienne en a besoin pour survivre. Il est conseillé de le faire aux deux ans.

Pour louer un aérateur à gazon, comptez en moyenne 14 $ de l'heure, ou 90 $ pour une période de 24 heures. Pour économiser, invitez quelques voisins à partager les coûts.

Sursemis : on peut le faire après une aération. On met un mélange de terreau et de graines dans les trous qu’on a percés, ou dans les zones où le gazon est dégarni. Cela aidera à ce que les mauvaises herbes ne s’y installent pas.

Herbicyclage : une pratique qui consiste à laisser sur place les résidus de tonte, plutôt que de les ramasser et de les jeter. Cela permet de combler une partie des besoins en engrais de la pelouse (environ 30 %) puisque les résidus contiennent des éléments nutritifs.

Problèmes

Même en prenant bien soin de votre gazon, certains problèmes peuvent apparaître notamment les insectes.

Le plus gros problème étant les vers blancs, de gros vers de trois à quatre cm de long, avec une tête brune qui mangent les racines du gazon. En plus, ils attirent les ratons-laveurs et les mouffettes, qui s’en nourrissent. Lorsque vous voyez des vers blancs, il est souvent trop tard. On peut utiliser des insecticides ou des nématodes, des petits vers microscopiques qui attaqueront les vers blancs et les tueront, mais ça ne fonctionne pas toujours. Ce genre de traitement est vendu en grande surface et coûte environ 30 $ pour 3000 pi2.

Mauvaises herbes : comme le pissenlit et le fraisier. Évidemment, tout dépend de votre tolérance. Mais depuis l’arrivée du Code de gestion des pesticides du Québec, qui a grandement limité l'utilisation de pesticides, les gens sont de plus en plus tolérants et savent que la pelouse parfaite n’est plus possible, à moins d’arracher à chaque tonte chacune des mauvaises herbes.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que, généralement, ces plantes s’installent quand le gazon n’est pas assez dense. Les mauvaises herbes ont besoin de lumière pour croître. Alors, elles s’installeront dans les endroits où le gazon est dégarni.

Faire appel à des professionnels

Bien que maintenant aguerris en matière de pelouse, vous n’avez peut-être pas la volonté ni le temps de vous en occuper. Des professionnels peuvent le faire pour vous. En quoi consistent leurs services?

D’abord, la première chose qu’un spécialiste devrait faire, c’est d’évaluer gratuitement votre terrain. Il doit le mesurer, car les tarifs sont établis en fonction de la superficie de gazon. Puis, il évaluera les problèmes potentiels.

Il est donc possible de magasiner en demandant à des experts d’évaluer votre terrain. Comment les comparer? Traitez avec une entreprise reconnue. Demandez aux voisins s’ils sont satisfaits. Un bon professionnel tentera également de vous outiller pour mieux entretenir votre gazon.

Méfiez-vous des solutions miraculeuses! Par exemple, si l’on vous dit : « Vous avez un problème de vers blancs, je vais vous en débarrasser en un rien de temps! », ayez l’esprit critique, car il n’existe aucun produit homologué pour les éliminer. Le seul permis dans certaines municipalités (Merit, pas en vente libre) doit être appliqué avant que le problème ne survienne, pour prévenir l’éclosion des œufs.

Aucun changement après une année de service?

Le programme n’est peut-être pas approprié. Par exemple, si l’on contrôle la mauvaise herbe, mais ne fertilise pas assez après, le gazon ne prendra pas la place des mauvaises herbes. Donc, ce sera toujours à recommencer. Généralement, si vous traitez avec des professionnels fiables, vous n’aurez presque plus besoin de mettre de pesticide après deux ou trois ans, car le tout sera bien fertilisé, et les mauvaises herbes autrefois présentes auront été bien contrôlées. Vous devriez quand même voir une différence dès la première année : moins de mauvaises herbes, le gazon qui prend une teinte de vert plus foncé, grâce à la fertilisation, et qui affiche plus de densité.

Les produits des professionnels sont-ils plus performants que ceux en vente libre?

Selon notre expert M. Bruno Fortin : « La différence entre ce qu’on retrouve sur les tablettes et ce qu’on a au niveau commercial est pas si grand, c’est beaucoup l’expertise de la personne qui va y faire. Que ce soit le citoyen qui le fait ou nous qui le faisions, il faut comprendre le cycle de vie autant des mauvaises herbes que des insectes pour pouvoir contrôler au bon moment avec le bon produit. »

Coûts pour une entreprise spécialisée

- Pour un terrain d’environ 2500 pieds carrés de pelouse, comptez autour de 250 $ à 350 $ par année, ce qui comprendrait quatre visites de fertilisation et de deux à trois contrôles des mauvaises herbes;
- Pour le contrôle des mauvaises herbes uniquement, comptez environ 100 $ en sus;
- Pour traiter les vers blancs : environ 115 $ pour un traitement au Merit (le traitement préventif) ou un traitement avec nématodes;
- Pour des traitements de fertilisation seulement : comptez 57 $ par visite pour cinq visites;
- Pour une aération de sol en sus : comptez 90 $. Si l’on ajoute des semences (sursemis), le total sera de 130 $.

Vos droits

Plusieurs firmes ont été prises à renouveler le contrat de service sans autorisation du client. La Loi sur la protection du consommateur est pourtant claire : le contrat ne peut pas être automatiquement renouvelé.

Pour les méthodes de paiement, il est parfois possible de payer d’avance et de profiter d’une réduction. On peut aussi payer après chaque visite.

Sachez finalement que l’entreprise avec laquelle vous traiterez doit détenir un permis pour vendre ou utiliser des pesticides, et ses techniciens doivent être certifiés. Sur le site du ministère québécois du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, vous trouverez un registre public des entreprises accréditées qui ont obtenu un tel permis.

Lors de votre magasinage, vous pouvez privilégier les entreprises membres de l’Association des services en horticulture ornementale du Québec. Elles suivent les meilleures pratiques de l’industrie. Aussi, la Fédération interdisciplinaire de l’horticulture ornementale du Québec a produit pour vous le Guide d’implantation et d’entretien d’une pelouse durable, qui vous donnera une multitude de conseils pour une pelouse en santé. Ainsi, lorsque le temps sera venu de choisir votre professionnel, vous serez mieux outillés.

Intervenants :

Bruno Fortin
Directeur général, Services des espaces verts et porte-parole de l’Association des services en horticulture ornementale du Québec (ASHOQ)

Guillaume Grégoire
Agronome et membre de la FIHOQ

Pour en savoir plus :

Fédération interdisciplinaire de l’horticulture ornementale du Québec – Guide d’implantation et d’entretien d’une pelouse durable
http://www.fihoq.qc.ca/nos-publications/implantation-et-d-entretien-d-une-pelouse-durable

Association des services en horticulture ornementale du Québec
http://www.fihoq.qc.ca/les-associations-affiliees-a-la-fihoq2/association-des-services-en-horticulture-ornementale-du-quebec-ashoq

Code de gestion des pesticides
http://www.mddep.gouv.qc.ca/pesticides/permis/code-gestion/index.htm