Légitime dépense


Analyse de la qualité de l’air

Émission du 4 mars 2013

Journaliste(s) à la recherche : Florence Riel St-Pierre

Souvent malades, vous commencez à douter de la qualité de l’air que vous respirez à la maison ou au travail, et vous avez décidé d’y voir plus clair. Mais dans ce domaine, il faut être vigilant, car certaines entreprises tiennent des propos alarmants. D’où l’importance de bien choisir celle qui effectuera vos analyses. Légitime dépense vous explique donc comment sélectionner un laboratoire sérieux, en plus de vous dévoiler les coûts de leurs services. On vous présente également des tests que vous pouvez réaliser vous-mêmes à moindres frais, notamment pour le radon et les moisissures.

Thème(s) : Divers , Santé

Analyse de la qualité de l’air

Problèmes de santé persistants ou odeurs suspectes, vous doutez de la qualité de l’air que vous respirez et désirez y voir plus clair. Légitime dépense a rencontré deux spécialistes pour déterminer ce qu’il faut savoir avant d’agir.

Il est conseillé de procéder à un test de qualité de l’air si vous êtes malade à la maison ou au travail et que vous vous sentez mieux dès que vous quittez. Une analyse de la qualité de l’air permettra d'évaluer quel paramètre microbiologique, chimique ou physique affecte votre confort et votre bien-être dans un environnement intérieur. Les paramètres évalués sont notamment :

Humidité et moisissures : La présence de moisissures est souvent liée à des excès d’humidité ou à des infiltrations d’eau.

Taux de composés organiques volatils (COV) : l’analyse de la qualité de l’air pourrait également être pertinente pour mesurer le taux de composés organiques volatils (COV), comme le formaldéhyde, très présent dans les matériaux neufs. Si des symptômes sont apparus après des rénovations, ou s’il y a une odeur forte et inconnue, c’est un bon indice.

Présence de radon : une recherche sur Internet permet de vérifier si votre résidence se trouve dans une zone plus à risque. Si c’est le cas, vous pourriez faire appel à un expert pour vérifier le niveau de radon à votre domicile. Santé Canada recommande d’ailleurs d’effectuer ce test sur une période de plus de trois mois et préférablement en hiver, car les concentrations de radon varient.

Il est toutefois possible de mesurer la concentration de radon à peu de frais. On peut en effet se procurer un détecteur de radon, appelé dosimètre que l’on place dans notre environnement pendant une période d'au moins trois mois. L'Association pulmonaire du Québec fournit d'ailleurs un détecteur incluant l'analyse pour environ 40 $.

Analyse de poussières : si vous ignorez d’où provient le problème, il se pourrait que ce soit votre sécheuse qui envoie trop de charpie dans l’air, par exemple.

Analyse des bactéries présentes dans l’air : pertinent notamment dans le cas de refoulement d’égouts.

Amiante : si vous prévoyez des rénovations. Par contre, un prélèvement dans les matériaux est plus pertinent et moins coûteux qu’un prélèvement dans l’air.

Choisir un fournisseur

Une fois la décision de faire analyser la qualité de votre air prise, le manque de connaissances peut rendre complexe le magasinage d’un expert compétent. La référence obtenue d’une personne fiable constitue évidemment un bon moyen d’en trouver un. Vous pouvez aussi consulter le répertoire des fournisseurs recommandés par CAA-Québec.

Il y a trois grandes étapes dans le processus d’identification d’un enjeu de qualité de l’air : le test de qualité de l’air, l'enquête pour déterminer le problème en soi et la réalisation des travaux pour corriger le problème. Afin d'obtenir un avis impartial, ne traitez pas avec la même entreprise pour ces trois étapes.

1) Un bon expert ne se déplacera pas pour ne vérifier qu’un seul élément, tout comme un médecin qualifié n’évaluera pas un patient sans un bilan de santé général.
2) Une compagnie sérieuse vous posera plusieurs questions afin de déterminer les tests nécessaires.
3) Si l’on parle de moisissures, le spécialiste doit identifier (pas seulement les compter) les spores viables et non viables (vivantes et non vivantes) dans l’air.
4) Un microbiologiste ou un chimiste, selon le problème suspecté, devrait être envoyé sur place. Attention aux titres qui ne veulent rien dire, comme « maître en environnement ». Et l’expert sur les lieux devrait être la personne qui rédige le rapport.
5) Comptez un minimum de 45 minutes par étage pour une bonne inspection.
6) Soyez prudent quant aux propos alarmistes, surtout si vous avez à peine échangé trois mots. Comme la santé touche tout le monde, certains fournisseurs tenteront de vous effrayer.
7) Vous a-t-on spécifié qu’il faut fermer portes et fenêtres au moins 24 heures à l’avance? Sinon, c’est un indice de manque de professionnalisme.

Coûts

De manière générale, l’analyse de la qualité de l’air peut coûter de 300 $ à 1500 $. Ces éléments feront varier le prix :
• paramètres analysés;
• nombre d’étages;
• nombre d’échantillons à prélever.

Aux fins d'exemple, le prix pour le cas le plus commun, soit un problème de moisissures, se situe entre 500 $ et 700 $ selon le nombre d’étages et d'échantillons prélevés incluant un rapport détaillé. Par contre, pour économiser on peut procéder nous-même au prélèvement de matériau et le transmettre pour analyse à un laboratoire.

Selon Jean-François Lafrenière, biologiste et vice-président d’Airmax Environnement: « c’est facile même par téléphone d’expliquer à un client comment faire un prélèvement sur des matériaux qu'il pourra ensuite envoyer au laboratoire avec des photos. Avec ça, on est capable de lui dire si c’est de la moisissure, quel genre de moisissure et même de lui donner une lettre avec des recommandations. Envoyer un échantillon c’est 35 $. Il pourrait s’en sortir en bas de 150 $ avec une analyse d’échantillon, une analyse de prélèvement plus une lettre. »

Environ une semaine après une évaluation sur le terrain, l’expert sera en mesure de vous donner les résultats verbalement et de vous fournir les certificats d’analyse. Par la suite, le rapport avec les recommandations devrait vous être acheminé, en plus des certificats d’analyse signés originaux (un certificat par échantillon analysé).

Un rapport complet de qualité présentera l’information suivante :
• matériel utilisé;
• détails des méthodes de test;
• résultats;
• interprétations;
• photos s’il y a des problématiques;
• recommandations de correctifs.

Un rapport complet comptera de 15 à 30 pages et sera adapté au bâtiment évalué. Certaines sociétés font du copier-coller d’un document à l’autre d’information générale sur les moisissures et leurs effets sur la santé. Le rapport doit aussi être facile de compréhension.

Prévenir

De simples gestes de prévention pourraient toutefois vous éviter cette dépense importante :

- Débarrassez-vous des tapis, car ce sont des ramasse-poussière.
- S’il y a des gens vraiment allergiques dans la maison, optez pour un purificateur d’air de haute performance.
- Tentez également de contrôler le taux d’humidité. L'achat d'un hygromètre qui mesure le taux d'humidité est un bon point de départ. Ensuite, il est recommandé de placer un ventilateur dans les endroits humides, d'éviter le sèche-linge et de diminuer le nombre de plantes d’intérieur. L’hiver lorsqu’il fait très froid à l’extérieur, maintenez un taux d’humidité de 45 % au maximum dans la maison. Sinon, il pourrait y avoir de la condensation sur les vitres et même sur des murs extérieurs froids, mal isolés, ce qui engendrera des problèmes de moisissure.
- Certains matériaux notamment les planchers flottants bas de gamme, la peinture, des colles peuvent parfois être la source d’un taux important de COV dans l’air. Demeurez vigilant!

Vous êtes désormais mieux outillé pour faire appel à des spécialistes de la qualité de l’air. Et retenez surtout que l’expert qui analysera la qualité de l’air ne devrait pas être celui qui effectuera les correctifs!

Intervenants :

Jean-François Lafrenière
Biologiste moléculaire et microbiologiste agrée
Vice-président d’Airmax Environnement

Yves Perrier
Expert-conseil en bâtiment et auteur du Guide Perrier

Pour en savoir plus :

Association pulmonaire du Québec
http://www.pq.poumon.ca/environment-environnement/radon/

CAA-Québec- Liste de fournisseurs recommandés
http://www.caaquebec.com/Habitation/FournisseursRecommandes/?lang=fr