Légitime dépense


La photoépilation

Émission du 25 février 2013

Journaliste(s) à la recherche : Florence Riel St-Pierre

Pour se débarrasser de nos poils de façon définitive, la photoépilation s’avère de plus en plus populaire. Mais entre le laser et la lumière intense pulsée, communément appelée IPL, quelle est la méthode la plus efficace? Est-il préférable d’aller en clinique ou vaut-il la peine d'acheter une machine de photoépilation pour le faire soi-même à la maison? Et que penser des forfaits vendus sur les sites d’achats groupés? Légitime dépense et Protégez-Vous ont exploré le monde de la photoépilation.

Thème(s) : Protégez-Vous: guides d'achats et bancs d'essai , Santé

La photoépilation

Avec la collaboration de Protégez-Vous

Se débarrasser des poils superflus, ennemis jurés des femmes et de plus en plus d’hommes, constitue une dépense importante. Mais pour les éliminer de manière définitive, l’épilation au laser est-elle plus efficace que la lumière pulsée? Qu’en est-il des machines de photoépilation pour la maison? Légitime dépense et Protégez-Vous répondent à différentes questions en matière de photoépilation.

Photoépilation : laser et lumière intense pulsée (IPL)

La photoépilation comprend l’épilation au laser et à la lumière intense pulsée (IPL ou Intense Pulsed Light). Arrivées au Québec respectivement il y a une quinzaine et une dizaine d’années, ces deux techniques sont très populaires, leur mode d’action étant sensiblement le même : un faisceau lumineux intense qui se transforme en chaleur une fois absorbé par la mélanine du poil et qui détruit ainsi progressivement le bulbe. Le laser n’émet qu’une longueur d’onde, comme un pointeur laser. L’IPL en émet plusieurs, comme une ampoule.

Selon l’Association des électrolystes et esthéticiennes du Québec, plus de séances sont généralement nécessaires avec l’IPL parce que le faisceau est moins précis que le laser. Le dermatologue Dr Ari Demirjian nuance toutefois : les dernières générations de machines d’épilation à lumière pulsée seraient plus efficaces qu’auparavant. Mais le Dr Demirjian ajoute que selon la littérature scientifique, le laser serait tout de même plus efficace que la lumière pulsée, d’autant plus que son efficacité à long terme n’a pas encore été démontrée.

Risques de la photoépilation

Avant tout traitement, il est crucial de déterminer si votre peau et votre poil sont de bons candidats à la photoépilation, car vous pourriez être déçu du résultat ou, pire, courir des risques. Par exemple, elle sera peu ou nullement efficace sur les poils pâles, blancs, gris, blonds ou roux.

L’IPL est par ailleurs déconseillée pour certaines peaux plus foncées, qui ont tendance à bronzer plus facilement, ou la peau noire (le faisceau étant moins précis, il peut cibler les tissus autour du poil, puis brûler ou dépigmenter la peau). Ces personnes devraient se tourner vers des lasers de type YAG, plus sécuritaires et même recommandés pour les peaux noires.

Une consultation en personne (jamais par téléphone) est donc nécessaire avant la première séance, pour examiner votre type de peau et de poil et vérifier si vous n’avez pas de conditions de santé contre-indiquées (incluant la prise de certains médicaments). C’est aussi un bon moment pour poser des questions sur la machine utilisée et la formation de la personne qui donnera le traitement. Une formation d’esthétique de base doit être complétée par une en photoépilation, et pas seulement une formation de deux jours donnée par le fabricant de l’appareil. Une attestation de l’Association des électrolystes et esthéticiennes du Québec constitue également un plus.

Si votre type de peau et de poil ne se prête pas à l’exercice, ou si la machine est mal entretenue, mal calibrée ou employée par quelqu’un n’ayant pas la compétence nécessaire, la photoépilation comportera des risques : brûlures avec des cloches d’eau, rougeurs et enflures, cicatrices ou, pire, changements de couleur de la peau. De plus, il faut absolument éviter de passer sur les grains de beauté avec les appareils, car à long terme, cela pourrait augmenter les risques de cancer. Sachez finalement que le soleil est à proscrire durant le traitement et jusqu’à six semaines après.

Prix et efficacité de la photoépilation

Côté efficacité, le laser et l’IPL procurent une réduction permanente des poils d’environ 70 %. Un traitement de photoépilation s’étend en moyenne sur huit à 12 séances. Celles-ci, qui doivent se dérouler à un moment particulier de la phase de croissance des poils, ont lieu toutes les quatre à huit semaines. La durée d’un traitement varie grandement d’une personne à l’autre.

Le coût est sensiblement le même pour le laser ou l’IPL. Selon nos estimations, pour la demi-jambe, une séance coûte de 150 $ à 250 $, pour un total oscillant de 1200 $ à 3000 $. Comme chacun réagit différemment et qu’il n’y a pas de garantie de résultat, il est recommandé de payer à la séance plutôt que de s’engager dans un forfait.

Appareils de photoépilation maison

Afin d’économiser, vous pourriez être tenté par un appareil de photoépilation pour la maison. Toutefois, les tests de Protégez-Vous sur cinq d’entre eux ont révélé qu’ils sont de cinq à 40 fois moins puissants que ce qu’on retrouve en institut. Les appareils testés se vendent de 400 $ à 500 $, ce qui peut paraître économique. Par contre, dans le cas de l’IPL, les lampes doivent être remplacées à intervalle courant (environ 100 $ la lampe), et vous pourriez devoir changer la lampe avant d’avoir terminé une première épilation des jambes!

Selon Protégez-Vous, les appareils testés sont sécuritaires. Mais ni l’équipe du magazine ni le dermatologue Ari Demirjian ne recommandent de tels appareils, d’autant plus qu’ils comportent des risques. Par exemple, si vous avez une lésion sur la peau et passez par-dessus fréquemment sans savoir que c’est précancéreux, vous pourriez activer son développement sans le savoir.

Le No! No! n’est pas un appareil de photoépilation

Protégez-Vous s’est aussi intéressé au No! No!. Souvent aperçu à la télévision, cet appareil vendu 270 $ (plus frais de livraison) se présente comme une solution définitive presque miraculeuse. Malgré une publicité qui pourrait porter à confusion, le No! No! n’est pas un appareil de photoépilation. C’est un filament qui brûle le poil. Donc, c’est une technique non permanente qui s’apparente plus au rasoir.

Électrolyse

L’arrivée de la photoépilation aurait pu signifier la fin d’une plus vieille technique, l’électrolyse. Mais elle garde sa raison d’être. L’électrolyse consiste en l’insertion dans le follicule pileux d’un filament qui envoie un courant électrique pour enrayer le poil de façon définitive. L’électrolyse comporte peu de risques ou de désavantages… sauf le nombre élevé de séances nécessaires, car, contrairement à la photoépilation, l’électrolyse enraye un poil à la fois. C’est la raison pour laquelle plusieurs la choisissent pour compléter un traitement de photoépilation (qui n’enraye que 70 % des poils, rappelons-le), ou pour une petite région, comme les aisselles.

Cette technique pourrait sembler plus économique que la photoépilation, mais ce n’est pas le cas. Bien que les séances soient moins dispendieuses, l’électrolyse en nécessite davantage. Le coût total sera d’environ 1300 $, et jusqu’à 3000 $ pour la demi-jambe, soit l’équivalent au coût du laser ou de l’IPL.

Sites d’achats groupés : attention!

Pour diminuer la facture, plusieurs consommateurs se tournent vers les sites d’achats groupés, qui offrent très souvent des forfaits annuels de photoépilation aux tarifs imbattables. Mais la prudence est de mise.

D’abord, rien ne garantit que la photoépilation fonctionnera sur vous. Il pourrait donc être fâchant de payer pour un an, alors que vous n’êtes même pas candidate à la photoépilation!

Vérifiez également à combien de séances vous aurez vraiment droit pendant la durée du forfait. Si, par exemple, elles sont espacées de six semaines et que vous décidez de ne pas y aller pendant l’été parce que vous prévoyez prendre du soleil (contre-indiqué durant le traitement), vous n’aurez finalement droit qu’à cinq ou six séances, et les économies pourraient être moins intéressantes qu’au départ.

Avant d’acheter un forfait à bas prix, contactez l’institut et posez des questions! Informez-vous bien du type d’appareil utilisé, de sa marque, sa date d’achat, l’entretien qu’il reçoit, la formation exigée de l’utilisateur. Recherchez les plaintes, regardez si l’entreprise a été poursuivie, cherchez à savoir si les personnes qui ont reçu des traitements en sont satisfaites.

Après une analyse de toutes ces méthodes, il faut se rendre à l’évidence : s’il existait une solution à la fois rapide, sécuritaire et économique, elle serait connue de tous. La photoépilation et l’électrolyse représentent une dépense importante, certes, mais rentable sur l’échelle d’une vie, car elles sont définitives. Mais à vous de voir laquelle vous convient le mieux. Avez-vous le temps pour l’électrolyse? Êtes-vous candidat idéal pour la photoépilation? Finalement, les appareils maison, soi-disant miraculeux, n’offrent quant à eux… aucun miracle!

Intervenants:

Clémence Lamarche
Chargée de projets aux test
Protégez-Vous

Dr Ari Demirjian
Dermatologue et professeur adjoint
Centre Hospitalier Universitaire de Mc Gill

Caroline Coutu
Esthéticienne et directrice
Au Premier – Salon Coiffure Spa

Pour en savoir plus :

Association des dermatologistes du Québec – Répertoire des cliniques privées
http://www.adq.org/repertoire_prive.html

Association des électrolystes et esthéticiennes du Québec – Répertoire
http://www.aeeq.ca/repertoire.html

Photoépilation : dossier et test, Protégez-Vous, avril 2012, par Catherine Meilleur
http://www.protegez-vous.ca/sante-et-alimentation/photoepilation.html

Test : photoépilation à la maison, Protégez-Vous, avril 2012, par Clémence Lamarche
http://www.protegez-vous.ca/sante-et-alimentation/photoepilation/test-photoepilation-domicile.html