Légitime dépense


Les tablettes électroniques

Émission du 25 février 2013

Journaliste(s) à la recherche : Marianne Chouinard

Depuis le lancement en 2010 de l’iPad par Apple, une trentaine de tablettes ont envahi le marché, rendant le choix complexe pour quiconque désire s’en procurer une. Légitime dépense vous présente donc les modèles de tablettes électroniques qui, selon notre journaliste techno, constituent de bons achats.

Thème(s) : Électronique , Informatique et Internet

Les tablettes électroniques

Depuis le lancement du premier iPad, en 2010, les tablettes électroniques se sont multipliées à vitesse grand V. Aujourd'hui, on en compte plus d'une trentaine. Alors, comment choisir celle qui convient à nos besoins? Légitime dépense vous présente trois familles de tablettes qui valent le détour.

Plus petite qu’un ordinateur portable, mais plus grosse qu’un téléphone intelligent, la tablette tactile se transporte facilement, en plus de présenter une multitude d’utilisations. Maxime Johnson, notre journaliste techno, vous propose trois familles d’incontournables.

iPad et iPad mini

L’iPad est une des tablettes les plus populaires sur le marché. « C’est la première tablette moderne lancée par Apple. Elle détient donc encore une longueur d’avance sur les autres », explique Maxime Johnson. Cette avance s’explique surtout par le nombre de ses applications tierces. « Dès qu’un développeur de jeux veut lancer une application, la plupart du temps, son premier choix sera la plateforme iOS d’Apple. » La bibliothèque iTunes est également plus complète en contenu francophone.

Dévoilé l’automne dernier, le plus récent iPad est la quatrième génération de cette famille. Tout comme le modèle de la génération précédente, il est doté d’un écran Retina de 9,7 pouces. Sa nouvelle puce lui procure toutefois des performances supérieures et un rendu graphique deux fois plus rapide.

L'un des principaux avantages du iPad est l’écosystème d’Apple. Les appareils se parlent très bien entre eux. Si l’on a un iPhone ou un MacBook, ceux-ci peuvent tous se synchroniser.

L’iPad présente toutefois un désavantage non négligeable, selon Maxime Johnson. En effet, son prix demeure un obstacle pour certains. À compter de 399 $, vous obtiendrez un iPad 2 de 16 Go. Pour celui avec l’écran Retina, attendez-vous à un minimum de 499 $. Si vous optez pour la version LTE, qui permet de bénéficier d’une connexion Internet lorsque le WiFi n’est pas disponible, le coût de la tablette augmente, sans oublier qu’il faut débourser un minimum de 5 $ par mois pour le réseau LTE. Et si vous souhaitez brancher une carte SD ou un câble HDMI, par exemple, vous devrez vous procurer des adaptateurs, qui se détaillent de 20 $ à 50 $, puisque l’iPad n’offre qu’un port de base.

À l’automne 2012, Apple a également lancé le petit frère de l’iPad, soit l’iPad mini. Plus léger et plus facile à transporter, il est doté d’un écran de 7,9 pouces. En matière de puissance, il se compare beaucoup à l’iPad 2. Ses prix varient de 329 $ à 529 $.

Nexus 7 et Nexus 10

Sur le marché, l’on trouve également les tablettes de Google, Nexus 7 et Nexus 10. Selon notre expert, elles présentent plusieurs avantages. « Par exemple, pour la musique, nous n’avons pas besoin de passer par un logiciel comme iTunes, explique Maxime Johnson. Il suffit de brancher sa tablette à son ordinateur, puis de glisser sa musique sur celle-ci. » Bien qu’on en compte moins que sur la plateforme iOS, les applications sont assez nombreuses sur Android (plateforme des appareils Nexus). Sachez toutefois que la Nexus 7, conçue par Asus, n’est pas disponible avec la connexion LTE. Selon la capacité choisie, la Nexus 7 se vend de 209 $ à 309 $, un coût moindre que celui des tablettes d’Apple.

L’équivalent de l’iPad est la Nexus 10, conçue par Samsung et lancée l’automne dernier. C’est une tablette haut de gamme, selon Maxime Johnson. « Elle a un processeur puissant et un écran d’une superbe résolution, même meilleur que le Retina d’Apple. Elle offre aussi plus de ports, dont un port micro HDMI et un port USB. » Elle comporte toutefois quelques désavantages, comme des accessoires moins nombreux et l’absence de musique dans la boutique de Google. Offerte en 16 Go et 32 Go, elle se détaille 409 $ pour la première et 509 $ pour la deuxième, des prix qui demeurent inférieurs à ceux d’Apple.

Surface

L’automne 2012 a aussi vu l’arrivée de la première tablette de Microsoft, la Surface. Elle se démarque de la concurrence, parce qu’elle est munie de Windows RT, une version allégée de Windows 8, ce qui lui permet d’avoir la suite Office, donc Word, PowerPoint, Excel, etc. « C’est un gros plus pour la productivité », précise Maxime Johnson. Elle est aussi dotée de plusieurs ports, dont un HDMI et un pour une carte SD, ce qui donne la possibilité d’en augmenter la mémoire. Son principal aspect négatif, selon Maxime Johnson, est le faible nombre d’applications disponibles.

La Surface de Microsoft se détaille à compter de 519 $. À partir de 120 $, vous pouvez ajouter à votre tablette un clavier en version tactile ou classique avec de véritables touches (130 $). L’accessoire fait également office d’étui protecteur. Par contre, si vous ajoutez le clavier au moment d'acheter votre tablette le coût est de 100 $.

En avez-vous vraiment besoin?

Bien qu’une tablette tactile soit un objet attrayant, son utilisation n’est pas encore ancrée dans nos habitudes, comme le téléphone cellulaire ou l’ordinateur portable. « Une tablette n’est pas un produit qui répond à un besoin, selon Maxime Johnson. Dans la majorité des cas, c’est un produit qui crée un besoin. » Alors, pensez-y bien avant de dépenser une telle somme dans un gadget qui pourrait rester rangé. Pour cela, nous vous conseillons de dresser une liste de vos utilisations possibles. Vous vous assurerez ainsi d’en faire une légitime dépense!

Intervenant :

Maxime Johnson
Journaliste techno

Pour en savoir plus :

Apple :
http://www.apple.com/ca/fr/

Nexus :
http://www.google.com/intl/fr_ca/nexus/

Microsoft :
http://www.microsoft.com/fr-ca/default.aspx