Légitime dépense


Les pianos électroniques

Émission du 28 janvier 2013

Journaliste(s) à la recherche : Marianne Chouinard

Vous rêvez d’apprendre le piano, mais votre salon est trop petit pour en accueillir un. Sans oublier que vos voisins n’aimeront peut-être pas devoir vous entendre apprendre vos gammes tard le soir. La solution : un piano électronique. Cet instrument, qui a énormément évolué, reproduit maintenant très bien l’effet de la version acoustique. Mais quand on ne s’y connaît pas, il peut être difficile de faire un bon choix. Légitime dépense a donc rencontré deux spécialistes pour que votre achat se déroule sans fausse note!

Thème(s) : Ameublement , Électronique , Sports et loisirs

Les pianos électroniques

Inventé au tournant du XVIIIe siècle, le piano a longtemps été un instrument lourd et imposant. Dans les années 40, Harold Rhodes y a remédié en mettant au point le premier piano électronique portatif. Depuis, l’évolution des pianos numériques a permis à cet instrument de rivaliser avec le son de son ancêtre tout en étant accessible.

Avant de choisir son piano, il est important de comprendre comment fonctionne l’instrument acoustique. Celui-ci est composé de 88 notes qui actionnent chacune un marteau, lequel frappe une corde et produit le son.

Dans un piano électronique, on retrouve le marteau, mais le son est reproduit par une puce qui analyse la façon dont on attaque la note. Cela permet de reproduire ce qu’on appelle le doux et le fort. D’autres pianos numériques fonctionnent plutôt avec un système de lames et de ressorts. Nos experts ne recommandent toutefois pas ce genre de système, parce qu’il ne reproduit pas le poids des notes d’un vrai piano.

Portable c. meuble

On retrouve deux types de pianos électroniques : ceux qui se transportent facilement et ceux intégrés à un meuble. Ces derniers offrent une meilleure résonance, ce qui s’avère un plus pour les gens qui veulent jouer à la maison.

La plupart des pianos électroniques sont dotés d’un métronome, de haut-parleurs et d’une option pour enregistrer.

Plus efficaces en matière d’espace qu’un vrai piano, les pianos électroniques présentent plusieurs autres avantages, à commencer par l’absence d’accordement. En effet, un piano acoustique demande au moins un accord par année, ce qui coûte environ de 80 $ à 100 $. Les appareils électroniques permettent aussi de brancher des écouteurs pour jouer à n’importe quelle heure, sans déranger personne.

Trois critères à considérer

Trois critères permettent de savoir si l’on a affaire à un piano de qualité.

1- Commencez par vérifier si le clavier comporte 88 touches, comme un vrai piano. Certains modèles plus petits en comprennent 76, voire 61. Ceux-ci font davantage partie de la famille des synthétiseurs, qui permettent de créer des sons, en plus d’en avoir plusieurs de base.

2- Comme mentionné précédemment, il est aussi important de choisir un piano électronique muni d’un système de marteaux, non de ressorts. Sur un piano acoustique, la musicalité s’exprime par le contrôle du son, ce qu’on appelle le doux et le fort. Celui-ci est déterminé par notre attaque de la touche, donc du coup donné par le marteau.

3- Quant à l’amplification, les pianos électroniques meubles sont munis de haut-parleurs, contrairement aux portatifs. Il faut donc doter ces derniers d’un amplificateur pour environ 150 $.

Éléments accessoires

Ensuite, vous pouvez considérer les éléments accessoires, comme le port USB ou le branchement d’un microphone. Certains modèles offrent plusieurs ajouts intéressants, comme le HPi-7 de Roland, équipé d’un écran qui permet de visualiser ce qu’on joue. Un correcteur intégré y corrige même les fausses notes en les encerclant à l’écran. Ce piano se détaille toutefois à 5600 $.

Vous trouverez des modèles moins coûteux pour quelqu’un qui débute, comme des portatifs à compter de 500 $. À titre de comparaison, un piano acoustique droit coûte au minimum 3000 $.

Recommandations de nos experts

Geneviève Levasseur, pianiste et directrice de l’Atelier musical du Plateau, recommande le P-95 de Yamaha, qui se vend 729 $.

Quant à Christian Nantel, président de Nantel Musique, il suggère le modèle portable Korg SP170s à 749 $ ou le modèle meuble Korg LP350 à 1499 $.

Pour un budget un peu plus élevé, il recommande la marque Roland qui offre tout de même des modèles pour moins de 2000 $ dans les séries F-120 et RP.

Certains accessoires ne sont pas toujours compris, comme le support pour les pianos portatifs. Vous en trouverez pour moins de 200 $, tout comme les pédales, qui se vendent moins de 50 $ chacune. Quant au banc, les prix varient de 40 $ à 140 $ pour un plus sophistiqué.

Achat d’un piano d’occasion?

Hésitant à investir dans de l’équipement neuf, parce que vous n’êtes pas sûr d’aimer le piano? Vous trouverez sur des sites de petites annonces comme Kijiji et LesPac des appareils ayant servi. Assurez-vous seulement que le piano n’a pas été employé pour la scène et qu’il a été bien entretenu.

Les garanties sont habituellement d’un an, mais certaines entreprises offrent jusqu’à cinq ans de couverture pour les pièces. Puisque les garanties sont limitées, il faut être attentif à ce qui est couvert et ce qui ne l’est pas.

Christian Nantel rappelle qu’un bon instrument est celui qui va donner de la précision. « Souvent, l’on joue sur des instruments qui ne répondent pas bien. Alors, on pense que nous en sommes responsables, que nous ne sommes pas habiles… Non! C’est important d’avoir un bon outil, un bon instrument! »

Intervenants:

Christian Nantel
Président de Nantel Musique

Geneviève Levasseur
Pianiste et directrice de l’Atelier musical du Plateau

Pour en savoir plus :

http://www.nantelmusique.qc.ca

http://www.ateliermusical.ca