Légitime dépense


Les foyers

Émission du 7 janvier 2013

Journaliste(s) à la recherche : Sarah Mizrahi

Que ce soit pour se réchauffer ou créer de l’ambiance, les foyers sont très prisés au Québec. L’interdiction formelle d’installer de nouveaux appareils au bois sur l’île de Montréal en 2009 a coïncidé avec une offre de foyers qui s’est grandement diversifiée ces dernières années. On retrouve maintenant des appareils au gaz, à granules, électriques et même à l’éthanol. Plus propres, plus pratiques et parfois même plus efficaces, ils se prêtent également aux nouvelles tendances. Lesquels sont les plus respectueux de l’environnement? Comment faire le meilleur choix devant toutes ces possibilités? Légitime dépense vous éclaire sur ces questions.

Thème(s) : Ameublement , Divers , Habitation: construction, rénovation et entretien

Les foyers

L’interdiction d’installer de nouveaux appareils au bois sur l’île de Montréal en 2009 a coïncidé avec une offre de foyers qui s’est grandement diversifiée ces dernières années. On retrouve maintenant des appareils électriques, au gaz, à granules ou à l’éthanol. Plus propres, plus pratiques et parfois même plus efficaces, ils correspondent également aux nouvelles tendances. Quels sont les avantages et inconvénients de chacune de ces nouvelles technologies? Quels sont les prix et les coûts d’installation? Lesquels sont meilleurs pour l’environnement? Légitime dépense vous éclaire sur ces questions.

Instruments de chauffage ou œuvres décoratives, les foyers se taillent une place de choix dans les demeures québécoises. Difficile de rivaliser avec les flammes et le crépitement du bois pour rehausser l’ambiance d’une pièce. Toutefois, aujourd’hui, il y a bien plus que le bois pour vous réchauffer! On retrouve maintenant des appareils qui carburent au gaz, à l’électricité, aux granules et à l’éthanol. Lequel choisir? Normand Hamel, propriétaire du détaillant Poêles et Foyers Rosemont, explique les avantages et les inconvénients de chacune de ces technologies. De son côté, Emmanuel Cosgrove, directeur d’Écohabitation, dévoile leur potentiel écologique!

Appareils au bois

Les foyers et poêles à combustion lente d’aujourd’hui sont beaucoup plus propres que ceux de la génération précédente, notamment grâce à leur prise d’air extérieure. Cette nouvelle technologie réduit le taux d’émission de particules polluantes dans l’atmosphère.

(+) : - Ils offrent une chaleur exceptionnelle : de 30 000 à 50 000 BTU. Même un petit appareil sera très efficace : la quantité de bois employée va être moindre, et la chaleur sera meilleure.

(-) : - Installation interdite sur l’île de Montréal depuis 2009;
-Les foyers au bois et poêles à combustion lente sont onéreux et nécessitent une cheminée;
- L’appareil et les bûches exigent également de l’espace, ainsi qu’un entretien régulier.

Facteur écologique : L’utilisation d’anciens appareils au bois déjà installés est tolérée à Montréal, mais ils restent très polluants. Comme ce sont de vieux modèles, leurs émissions de particules fines ne sont pas conformes aux règlements fédéraux. Ils dégagent de très fortes émanations de fumée, parfois 40 g/minute, alors que le taux d’émission de fumée toléré aujourd’hui est celui fixé par la norme de Washington, soit 4,5 g. La nouvelle génération de foyers au bois en vente sur le marché est toutefois conforme aux standards environnementaux. Bien qu’ils soient interdits sur l’île de Montréal, ils restent une option pour les Québécois d’ailleurs.

Prix : De 900 $ à 4000 $ pour l’appareil + de 1200 $ à 2500 $ pour la tubulure et la cheminée préfabriquée + de 400 $ à 600 $ pour les frais d’installation + de 150 $ à 200 $ pour un ramonage annuel.

Afin d’inciter les propriétaires à se débarrasser de leurs vieux poêles et foyers à bois, le gouvernement du Québec accorde des subventions pouvant aller jusqu’à 900 $ pour remplacer un appareil polluant par une technologie plus propre : il suffit de consulter les programmes Feu Vert pour les résidants de l’île de Montréal, et Changez d’air pour ceux d’ailleurs au Québec.

Foyers au gaz naturel ou propane

Moins cher, tout aussi efficace et très design, le foyer au gaz est en vogue au Québec, particulièrement dans les centres urbains. On en retrouve deux types : les encastrables (ceux qu’on va mettre directement dans les foyers naturels conventionnels) et les appareils autonomes ou à dégagement nul (des boîtes isolées qu’on positionne sur le sol ou sur le plancher, puis qu’on raccorde à une cheminée préfabriquée). C’est un chauffage d’appoint qui peut aussi devenir une source de chauffage principal. Les appareils dégagent de 12 000 à 40 000 BTU.

(+) : - Les foyers au gaz sont très performants et permettent de contrôler la température dans toutes les pièces grâce à un thermostat mobile;
- La plupart des appareils sont munis d’un allumeur électronique qui permet de fermer le pilote quand on cesse de l’utiliser : on réalise ainsi une économie d’énergie importante;
- Fonctionnent en cas de panne électrique, si l’on installe des piles à l’endroit prévu;
- Le bois peut parfois être vert ou humide, mais le gaz, lui, reste performant;
- N’exigent pas d’entretien, à part un nettoyage du brûleur aux cinq à 10 ans.

(-) : - Cheminée obligatoire;
- Si Gaz Métro n’offre pas son service là où l’on habite, on doit faire appel à un plombier certifié qui va tracer une ligne de gaz du foyer à la bonbonne, ce qui implique des frais supplémentaires;
- Le gaz n’offre pas l’agréable crépitement du bois.

Facteur écologique : Si l’on regarde le gaz en tant que combustible, on constate qu’il brûle de façon très propre : il émet très peu de polluants. En revanche, le gaz naturel est de nature fossile : cela représente donc des gaz à effet de serre.

Prix : De 3500 $ à 5000 $ incluant le raccordement de gaz et l’installation.

Foyers électriques

Considérés plus écologiques que les appareils au gaz, les foyers électriques ne consomment aucun combustible... et ne requièrent pas de cheminée. Ils se raccordent sur un fil conventionnel de 110 V, soit une prise électrique conventionnelle. Ils donnent une capacité de 1500 W, l’équivalent d’un calorifère de trois pieds (environ 5000 BTU). Foyer d’ambiance, il permet de jouer avec la luminosité et les flammes.

(+) : - Pas besoin de cheminée;
- Très faciles à installer;
- Créent une ambiance intéressante.

(-) : - Ne chauffent pas vraiment;
- Ne fonctionnent pas en cas de panne électrique;
- Lorsque le système de ventilation de l’appareil s’use, ils émettent des bruits désagréables.

Facteur écologique : Très propres.

Prix : De 400 $ à 2000 $.

Foyers à granules

Les foyers à granules utilisent des résidus de bois pressés, considérés moins polluants que le bois traditionnel. Ces appareils peuvent produire jusqu’à 45 000 BTU, mais nécessitent une installation de petite tuyauterie isolée.

(+) : - Les granules sont considérées moins polluantes que le bois traditionnel;
- Les appareils produisent beaucoup de chaleur, mais un minimum de particules fines;
- Sont permis à Montréal.

(-) : - Nécessitent un entretien régulier;
- Les granules sont souvent entreposées dans des endroits humides. Donc, certaines seront moins performantes;
- Ne s’allument pas en cas de panne électrique, car les systèmes de circulation de l’air, d’évacuation des gaz de combustion et d’alimentation de l’âtre fonctionnent à l’électricité;
- Les ventilateurs s’usent à la longue et deviennent bruyants.

Facteur écologique : L’efficacité énergétique du foyer à granules est intéressante, et l’appareil émet une faible quantité de polluants.

Prix : Environ 3500 $ pour l’appareil + 1500 $ pour l’installation et la tubulure + environ 650 $/an pour les granules.

Foyers à l’éthanol

Décoratifs, pratiques et abordables, les foyers à l’éthanol proposent des modèles muraux, de sol ou de table qui s’utilisent aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Les résidus d’éthanol ne sont pas nocifs, mais ils dégagent 3 % de dioxyde de carbone. Donc, il faut bien aérer la pièce où les appareils se trouvent. Ces foyers sont très populaires dans les condos.

(+) : -La flamme est intéressante et réaliste, ce qui crée une ambiance chaleureuse;
- Chassent les moustiques;
- Pas besoin de cheminée;
- Certains modèles sont très peu dispendieux;
- On peut démanteler l’appareil et l’apporter si l’on déménage.

(-) : - Il faut toujours être prudent en rechargeant le foyer à l’éthanol, car après la combustion, le dégagement de vapeur peut créer des blessures importantes;
- Ne chauffent pas vraiment;
- L’éthanol coûte cher.

Facteur écologique : Fabriquer de l’éthanol à partir du maïs nourrit le débat « essence contre nourriture ». Les biocarburants sont critiqués pour leur responsabilité envers la crise alimentaire mondiale. Le maïs est très énergivore pour ses engrais et sa culture : on brûle énormément d’énergie afin de produire des engrais azotés qui enrichissent les champs de maïs. Le maïs devrait servir à des fins alimentaires plutôt que d’être brûlé comme combustible.

Prix : De 140 $ à 2000 $ + 25 $ pour un contenant de 4 l d’éthanol.

Avant votre achat, Légitime dépense vous rappelle de vous assurer que l’appareil de votre choix soit homologué par une agence gouvernementale. Il en va de votre sécurité, et vos assureurs pourraient l’exiger. Afin de garantir la conformité de l’installation d’un foyer et d’une cheminée, on vous conseille également de traiter avec un membre de la Régie du bâtiment du Québec. N’hésitez pas à contacter l’Association des professionnels du chauffage pour vous faire guider dans vos démarches!

Intervenants :

Normand Hamel, propriétaire de Poêles et Foyers Rosemont

Emmanuel Cosgrove, directeur d’Écohabitation

Liens utiles :

Poêles et Foyers Rosemont : pfr.ca

Écohabitation : ecohabitation.com

Association des professionnels du chauffage : poelesfoyers.ca

Programmes de retrait et de remplacement de vieux appareils de chauffage de bois :

Si vous habitez sur l’île de Montréal, voir le programme Feu Vert : feuvert.org

Si vous demeurez ailleurs au Québec, voir le programme Changez d’air : changezdair.org