Légitime dépense


Louer un film sans quitter votre salon

Émission du 19 novembre 2012

Journaliste(s) à la recherche : Marianne Chouinard

À quand remonte votre dernière visite au club vidéo? Pour certains, cette traditionnelle sortie du samedi soir est maintenant chose du passé. En effet, grâce à plusieurs services apparus ces dernières années, il est maintenant possible de louer un film ou une série sans quitter le confort de son salon. En pleine expansion, le marché diffère beaucoup d’un service à l’autre, en matière de prix et de contenu. Légitime dépense dresse un portrait des options offertes au Québec.

Thème(s) : Informatique et Internet , Télécommunications

Louer un film sans quitter votre salon

Pour certains, la dernière visite au club vidéo date de plusieurs semaines, voire de nombreux mois. Au Québec, de 2006 à 2010, les cinémas sont passés de 127 à 115 établissements, alors que les fermetures de clubs vidéo de quartier continuent de se multiplier. Nous ne regardons pas moins de films pour autant… nous le faisons plutôt différemment.

Plusieurs plateformes permettent maintenant de télécharger des films sans devoir sortir de chez-soi. Que ce soit sur Internet ou par les services des câblodistributeurs, l’offre varie beaucoup. Voici un aperçu des services au Québec.

Netflix
Sans doute un des plus populaires, Netflix compte plus de 27 millions d’abonnés dans le monde. Arrivé au Canada en 2010, Netflix y compte plus d’un million d’abonnés. Mais le Québec est la province où l’on en trouve le moins. Le faible nombre de titres en français explique sûrement le manque d’intérêt des Québécois. Selon Laurent LaSalle, journaliste et chroniqueur techno, le contenu francophone n’y représente même pas 1 % de la collection complète. Une entente récemment conclue entre Radio-Canada et Netflix devrait toutefois améliorer la situation.

Pour 7,99 $ par mois, ce service donne accès à des milliers de titres que vous pouvez louer pour 30 jours, en version standard ou haute définition. On y trouve quelques nouveautés, mais surtout des films plus âgés.

Netflix offre deux avantages considérables : simplicité d’utilisation et compatibilité avec plusieurs plateformes. Le service est en effet proposé sur les consoles de jeux vidéo Wii, Xbox360 et PS3, sur Internet, sur téléphone intelligent, sur tablette, ainsi que certains téléviseurs intelligents. On peut même amorcer le visionnement d’un film sur une plateforme pour le terminer sur une autre.

iTunes
Le service d’Apple est une des plateformes où l’on retrouve le plus de contenu francophone. La location des films y est offerte à 5 $ ou 6 $ en haute définition, alors que les séries télé ne sont proposées qu’à l’achat. Aucun abonnement n’est nécessaire, et les nouveautés s’y trouvent le jour même. Le service s’apparente d’ailleurs beaucoup à un club vidéo, puisqu’on paie à la pièce. Lorsque vous louez un film, vous avez 30 jours pour le regarder, mais une fois le visionnement commencé, il doit être complété dans les 48 heures suivantes.

Et les autres services sur Internet
On trouve aussi des services comme Google Play et Crackle.

Sur Google Play, vous trouverez des films pour 3,99 $ ou 4,99 $. Certains titres y sont même gratuits. Sa sélection reste toutefois assez superficielle. Les conditions de visionnement sont les mêmes qu’avec iTunes.

Quant à Crackle, on y trouve une sélection de films produits par Sony, propriétaire de la plateforme. Les titres y sont gratuits, mais la sélection n’est pas récente et demeure limitée.

Attention à la bande passante
Tous ces services consomment de la bande passante, c’est-à-dire des mégaoctets sur votre service Internet. Sachant qu’un film en haute définition pèse d’un à deux gigaoctets et qu’un forfait de base n’en comprend parfois que cinq, il faut être vigilant lorsqu’on télécharge à partir de son ordinateur.

Chez Vidéotron, par exemple, on vous demandera 4,50 $ pour chaque gigaoctet supplémentaire, jusqu’à concurrence de 50 $. Si vous êtes un cinéphile, assurez-vous donc d’avoir un service Internet adéquat et une capacité de téléchargement suffisante.

Vidéotron et Bell
Un autre moyen populaire de louer des films est de passer par les services de câblodistribution qui ont en plus l'avantage de ne pas prendre de bande passante.

Le service illico de Vidéotron offre environ 30 000 titres par année, dont 8000 longs-métrages. Le contenu, en grande partie francophone, peut être payant ou gratuit et il est disponible pour une période de 24 à 48 heures ou sept jours. Les films payants sont proposés de 5 $ à 7 $, mais vous trouverez aussi des longs-métrages moins récents pour seulement 99 ¢. Les visionnements peuvent être repris d’un appareil à l’autre.

Du côté de Bell, l’offre est semblable, avec 26 000 titres par année. Pour 7 $, on peut y louer des films ou des épisodes de séries télé, pour une période de 24 heures à sept jours.

De l’ordinateur à la télé
Si la perspective de regarder un film devant votre ordinateur ne vous enchante guère, sachez qu’il est simple de relier son ordinateur à son téléviseur. Si votre ordinateur possède une prise HDMI, le connecter directement à votre télévision pourrait représenter la solution la plus économique. Autrement, vous trouverez des appareils comme Apple TV, Boxee ou les téléviseurs intelligents, qui se connecteront à votre réseau sans fil, vous permettant de regarder des films sans devoir relier physiquement vos deux appareils.

Et le traditionnel club vidéo?
Même si louer des films de son salon nous simplifie assurément la vie, espérons que le bon vieux club vidéo sera toujours là pour les trouvailles au détour d’une allée, les produits dérivés de vos films favoris et le popcorn frais!

Intervenant :

Laurent LaSalle, journaliste et chroniqueur techno

Pour en savoir plus :

Netflix
https://signup.netflix.com/

iTunes
http://www.apple.com/ca/itunes/

Crackle
http://www.crackle.com/

Google Play
https://play.google.com/movies

illico
http://illicoweb.videotron.com/illicoweb/accueil

Bell sur demande
http://www.bell.ca/Bell_Tele/Service_de_films_sur_demande