Légitime dépense


Les diachylons

Émission du 15 octobre 2012

Journaliste(s) à la recherche : Florence Riel St-Pierre

Qui ne s’est pas déjà étonné devant le vaste choix de pansements offert en pharmacie ? Plastique opaque ou transparent, tissu flexible, guérison rapide et technologie avancée sont autant de qualificatifs pour vous vendre LE diachylon. Mais comment choisir ? Ces pansements qui nous promettent une guérison rapide sont-ils réellement plus efficaces ? Légitime dépense a demandé conseils à une experte qui nous fait part de ses coups de cœur.

Thème(s) : Divers

Les diachylons

Qui ne s’est pas déjà étonné devant le vaste choix de diachylons offert en pharmacie ? Plastique opaque ou transparent, tissu flexible, guérison rapide et technologie avancée sont autant de qualificatifs pour vous vendre LE pansement du siècle. Mais comment choisir ? Pour vous aider, nous avons testé une quinzaine de modèles différents, en plus de demander des conseils à une experte.

À quoi sert un pansement ?

Il sert d’abord à protéger la plaie des contaminants externes, mais également à promouvoir la cicatrisation, en évitant l’infection. Il peut aussi aider à diminuer la douleur, car une plaie à l’air libre fait très mal, car les terminaisons nerveuses exposées sont à vif. Lorsqu’on couvre la plaie, la douleur est atténuée.

Ne vaut-il pas mieux laisser sécher la plaie à l’air libre?

C’est le mythe contre lequel les infirmières se battent depuis le temps des recherches de George Winter en 1961, qui ont prouvé que la cicatrisation en milieu humide est hautement supérieure. Les plaies ne respirent pas. Quand les cellules sont exposées à l’air libre, elles meurent parce qu’elles sèchent. Cela fait ensuite une gale, qui est en fait du sang et des cellules mortes séchées. Et qui dit gale, dit plus longue cicatrisation, car la nouvelle peau doit se régénérer en dessous de la gale et la dégager. L’autre problème avec les gales est qu’on les accroche ou on les gratte parce qu’elles démangent. Une autre plaie se formera alors et ça devient un cercle vicieux. La gale peut être utile si vous êtes dans la brousse par exemple et que vous n’avez rien d’autre, car elle colmate l’hémorragie. C’est en quelque sorte une croûte protectrice biologique.
Avec un pansement qui garde une certaine humidité, la peau se refait plus facilement et il n’y a pas de gale. Mais il faut faire attention : on veut une plaie humide et non mouillée. Si le pansement n’absorbe pas adéquatement, ce n’est pas mieux, car il y aura une surhydratation. Si on voit autour de la plaie de la peau un peu ratatinée comme lorsqu’on sort du bain, cela veut dire que le pansement n’est pas capable d’absorber.

Notre banc d’essai

L'équipe de Légitime dépense a consulté Mme Diane St-Cyr, infirmière spécialisée en soins des plaies, afin de l'aider à voir plus clair dans le rayon des diachylons. Voici les commentaires et remarques de Mme St-Cyr sur les différents pansements:

Tissu

Avantages : Ils sont flexibles, extensibles et restent en place, alors on peut les mettre dans des endroits plus difficiles, comme une jointure. Ils sont également plus confortables, s’ils ne sont pas mouillés.

Inconvénient : Par contre, ils sont plus difficiles à enlever et peuvent laisser des résidus de colle. De plus, un bandage en tissu qui est toujours saturé de liquide après les douches et qui n’est pas changé fera du dommage à la plaie. Elle sera surhydratée avec de l’eau contaminée.

Plastique

Avantages : Plus résistants que ceux en tissu. Ceux en plastique transparent sont les plus performants, car ils laissent passer les gaz et la vapeur d’eau mais sont complètement imperméables de l’autre côté. Ils sont également très adhésifs.

Inconvénients : Ceux en plastique régulier se décollent plus facilement.

Avec antibiotique

Avantages : Dans le cas d’une nouvelle plaie, le pansement collera mieux puisqu'on a pas besoin d’appliquer de crème grasse, et on n’a pas besoin de traîner un tube d’antibiotique topique.

Inconvénients : Ils sont souvent plus dommageables que bénéfiques si c’est une plaie chronique qui ne guérit pas, car certaines bactéries sont devenues résistantes aux antibiotiques topiques. Il y a également un risque de réaction ou d’allergie chez certaines personnes.

Avec argent

Plusieurs pansements de haute technologie utilisent l’argent et certaines crèmes contenant de la sulfadiazine d'argent sont utilisées pour les grands brûlés.

Avantages : Il y a très peu d’allergies et il n’y a pas de résistance connue contrairement aux antibiotiques. L’argent est un antimicrobien et travaille sur au moins trois mécanismes de la membrane cellulaire tandis que l’antibiotique ne travaille que sur un seul aspect.

Technologie hydrocolloïdale

Avantages : Ces pansements sont conçus pour rester de trois à sept jours en place. Ils sont parfaitement étanches aux bactéries, mais laissent passer les vapeurs d’eau et les gaz. L’écoulement de la plaie se mélange à l’hydrocolloïde et cela produit un gel cicatrisant qui ne colle pas (sauf le pourtour). Ils sont parfaits si vous voulez prévenir des ampoules ou si vous venez d’en avoir une. Surveillez les expressions « technologie hospitalière éprouvée », « guérison avancée » ou encore « minimise l’apparence des cicatrices ».

Inconvénients : Pour des endroits où le pansement se déplace souvent, comme pour les jointures, ce n’est peut-être pas idéal.

Pansement liquide

C’est une colle tissulaire qui est notamment utilisée dans les urgences au lieu des points de suture ou des diachylons de rapprochement. Elle fait une pellicule qui protège. Elle n’est pas toxique.

À noter : dans le pansement liquide New Skin, l’un des ingrédients est l’huile de clous de girofle qui est un antimicrobien naturel – un vieux remède de grand-mère.

Avantages : On recommande son utilisation pour de petites fissures, écorchures et pour des endroits difficiles d’accès.

Inconvénient : Ce n’est pas idéal pour les grandes surfaces, à moins d'être dans un endroit impossible à couvrir avec un pansement standard. Le pansement est très mince donc il n’offre pas la protection physique des pansements traditionnels.

Les coups de coeur de notre experte

Elastoplast Technologie colloïdale: 8,99 $ la boîte de 12 diachylons.

Avantages : complètement transparent, ce qui nous permet de voir la guérison et nous évite ainsi la tentation de l’enlever.

Inconvénient : l’îlot sur la plaie est un peu petit (2,5 x 1,5 cm).

Band-aid Guérison avancée : 7,99 $ la boîte de 6 diachylons. À noter qu’il n’est pas écrit « technologie hydrocolloïdale » sur la boîte.

Avantages : l’îlot sur la plaie est un peu plus grand (2,5 x 3 cm), un peu plus épais, teinté beige pâle donc un peu plus esthétique.

Elastoplast Guérison rapide : 6,49 $ la boîte de 8 diachylons. L’îlot central est en gel de polyuréthane, ce qui absorbe encore mieux que la technologie hydrocolloïdale.

Avantages : il est plus grand soit 4,5 x 2,5 cm. De plus, il offre un bon contour adhésif, et transparent.

Autres aspects à considérer

- Ne pas oublier de bien nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon avant d’appliquer le diachylon.
- Regarder pour la mention « sans latex » pour ceux qui souffrent d’une allergie au latex.
- Les personnes âgées ont une peau fragile, il faut donc choisir un adhésif qui ne déchirera pas la peau. Et lorsque vient le temps de l’enlever, il faut faire une compression autour du pansement et tirer délicatement.
- Autre problème : les gens mettent des bandages qui sont trop petits. Le coussinet absorbant ne doit pas être plus petit que la blessure.
- Les gens ont souvent peur de laisser le diachylon longtemps, mais c’est justement cela qui est idéal. Toutefois, il faut toujours vérifier la saturation du pansement. Si on voit des traces translucides à travers le diachylon, ou si ça atteint la bordure du coussinet, il est saturé. Il faut donc le changer. Aussi, s’il est humide à l’extérieur, dites-vous que les bactéries peuvent entrer.
- Les pansements offrant un bon contour adhésif autour de la plaie sont mieux au niveau de l’étanchéité contre les bactéries et les saletés. Si vous n’avez pas les moyens d’acheter les diachylons plus sophistiqués, évitez au moins ceux qui n’ont pas de contour adhésif.

Les observations de Légitime dépense

Légitime dépense a testé près d’une quinzaine de diachylons. Au total, six marques ont pris place au banc d’essai dans cinq variétés différentes. Les prix varient de 4 $ à 8 $ pour des boîtes allant de 12 à 50 pansements, à l’exception de la marque Medicare vendue pour 1 $ au Dollarama.

- La marque Medicare vendue chez Dollarama est à éviter : ses diachylons n’offrent pas de contour et ne tiennent pas longtemps.
- Ceux en tissus tiennent longtemps, notamment celui de marque Band-aid. Mais ils demeurent mouillés et laissent un résidu de colle.
- Ceux en mousse varient, dépendant de l’endroit où ils ont été mis. Comme ils sont un peu plus épais, ils sont avantageux sur une ampoule au talon, par exemple.
- Ceux en plastique ne tiennent pas très longtemps, sauf ceux en plastique transparent. Encore là, ça dépend de l’endroit. Sur un orteil, celui en plastique transparent n’a pas tenu une journée, tandis que sur un genou, il a tenu plusieurs jours.

Intervenante :

Diane St-Cyr
Infirmière spécialisée en soins des plaies