Légitime dépense


Le sous dimensionnement en alimentation

Émission du 14 novembre 2011

Les fabricants de produits alimentaires ont trouvé la bonne recette pour éviter de refiler aux consommateurs la hausse des denrées de base comme le sucre, le caco, le blé. Plutôt que d’augmenter les prix, ils préfèrent réduire les formats. Résultat : sans vous en apercevoir vous payez le même prix pour une moins grande quantité de jus, de sauce tomate ou de yogourt. Avec le concours d’Option Consommateurs, Légitime dépense vous révèle quelques trucs pour éviter de vous faire prendre au piège.

Thème(s) : Épicerie, denrées alimentaires et produits ménagers

Le sous dimensionnement en alimentation

Depuis plusieurs années, des grandes compagnies de produits alimentaires ou ménagers diminuent la quantité de certains de leurs produits sans pour autant en diminuer le prix. Autrement dit, vous en avez moins pour votre argent. Ne vous laissez pas attraper!

La grande illusion

Les consommateurs seraient plus enclins à remarquer le coût d'un produit que sa quantité. Les grandes compagnies oeuvrant dans le domaine de l'alimentation, entre autres, en ont pris bonne note. Plutôt que d'imposer des hausses de coûts en raison de l’augmentation des produits de base comme le blé et le sucre, elles réduisent la quantité fournie dans les emballages. Ce phénomène s'appelle le « downsizing » ou le sous-dimensionnement.

Différentes tactiques sont utilisées pour que ces réductions de quantité passent inaperçues à vos yeux:
- Même contenant mais tout simplement moins de contenu.
- Nouveau contenant et moins de contenu.
- Changement de l'image du produit (nouveau «branding»)

Quelques exemples

- Le contenant de jus d'orange Oasis est passé de 1,89 litre à 1,75 litre
- La margarine Lactantia est maintenant vendue dans un contenant de 850 grammes comparativement à 900 grammes auparavant
- Les oeufs de Pâques Cadbury ont maigri de 5 grammes et se pèsent plus que 34 grammes
- Le fromage P'tit Québec a aussi perdu du poids : il est descendu de 540 grammes à 500 grammes

Il est à noter que le « downsizing » n’existe pas que dans l’alimentation. Option consommateurs a aussi remarqué la présence du phénomène chez certains produits ménagers comme le liquide à vaisselle et le papier de toilette.

La solution: affichage par unité de mesure

Depuis 2001, au Québec, les commerçants doivent afficher le prix par unité de mesure. (Ex: 0,41$/100ml) Ainsi, pour éviter de tomber dans le panneau du sous-dimensionnement, la meilleure attitude à adopter est de regarder l'affichage par unité de mesure. Vous verrez facilement quel article est le moins cher pour la quantité offerte.

Malheureusement, il arrive souvent que les commerçants n'inscrivent pas le prix par unité de mesure sur les articles en solde. Pourtant, ils devraient le faire. N'hésitez pas à en faire part à votre épicier si vous remarquez que l'étiquetage ne respecte pas la loi.

Voici quelques petits trucs de base pour en avoir le plus possible pour votre argent lorsque vous faites vos courses:

- Sur les tablettes, choisissez les produits du haut et du bas. Ils sont généralement moins chers.
- N'allez pas aller à l'épicerie le ventre vide! (Vous le saviez sûrement déjà!)
- Planifiez vos repas à l'avance pour éviter le gaspillage ou encore achetez au fur et à mesure ce qui coûte généralement plus cher.
- Acheter des formats familiaux et congelez les surplus s'il y a lieu.

Considérant l'augmentation de certains produits alimentaire de base, il ne serait pas surprenant que le sous-dimensionnement soit de plus en plus courant. Soyez attentifs!

Intervenant

Élise Thériault
Option consommateurs

Liens utiles

Option consommateurs
http://www.option-consommateurs.org/

Un article du Devoir sur le sujet
http://www.ledevoir.com/societe/consommation/321316/l-industrie-fera-payer-les-consommateurs-autrement