Légitime dépense


Crèmes solaires

Émission du 17 janvier 2011

Journaliste(s) à la recherche : Dominique Sémery

Hiver comme été, nous avons besoin de protection solaire pour nous protéger d’éventuels cancers de la peau. Cela dit, comment choisir une crème solaire efficace et pas trop chère parmi toutes celles offertes en magasin ? Pour nous aider à connaître les meilleurs produits, Protégez-vous a testé 21 lotions solaires. Légitime dépense vous livre les résultats de ce banc d’essai.

Thème(s) : Protégez-Vous: guides d'achats et bancs d'essai , Santé

Crèmes solaires

Chaque été, les dermatologues répètent qu’il faut se protéger du soleil pour réduire le risque de développer un cancer de la peau, la forme de cancer la plus répandue au Canada. Mais les comptoirs des pharmacies sont remplis de produits aux ingrédients aussi variés que les prix. Pour nous aider à nous y retrouver, Protégez-Vous à testé 21 lotions avec un FPS (facteur de protection solaire) de 30, vendues dans les pharmacies, les épiceries, les grandes surfaces et les magasins d’aliments naturels. Ils ont éliminé les gels, les vaporisateurs et les bâtons, les produits des rayons cosmétiques, et ceux qui sont destinés spécifiquement au visage, aux enfants ou aux sportifs.

FPS et Protection contre UVB et UVA

Ce qui est mis de l’avant sur tous les emballages de lotions, c’est le FPS ou facteur de protection solaire. Comment le calcule-t-on ?

« Concrètement, le FPS représente le rapport entre le temps que met la peau à brûler avec lotion et sans lotion. Donc, si votre peau brûle en 10 minutes sans lotion, elle brûlera en 150 minutes avec une lotion à FPS de 15. À condition toutefois que vous en appliquiez la quantité recommandée. »

« Deux types de radiations sont dangereux pour la peau et augmentent les risques de cancers : les rayons ultraviolets UVB, qui causent les douloureux coups de soleil, et les UVA, qui sont davantage associés au vieillissement prématuré de la peau. »

Mais le FPS ne nous renseigne que sur la protection contre les UVB. Ainsi, deux lotions avec un FPS identique peuvent présenter d’importantes différences sur le plan de la protection contre les UVA.

« Un produit qui présenterait une très bonne protection contre les UVB, donc contre les coups de soleil, mais qui fournirait une piètre performance du côté des UVA serait plus dangereux que bénéfique. En effet, l’utilisateur d’une telle lotion pourrait s’exposer longtemps au soleil sans brûler, mais en recevant une dose massive d’UVA qui accélère le vieillissement de la peau. Depuis plusieurs années, des professionnels de la santé réclament un indice de protection contre les UVA équivalent à ce qu’est le FPS pour les UVB. Un peu partout dans le monde, cette idée fait du chemin. »

Surenchère FPS : plus c’est mieux ?

On trouve de plus en plus sur le marché des lotions solaire avec un FPS de 70, 80 et même 100. Mais est-ce vraiment nécessaire ?

« D’abord, l’utilisation d’une lotion avec un FPS élevé induit un faux sentiment de sécurité qui peut mener les gens à en appliquer moins que ce qui est recommandé, met en garde Clémence Lamarche, ou alors les pousser à n’en mettre que le matin tout en se croyant protégés pour toute la journée. Ensuite, il ne faut pas oublier que le FPS ne concerne que la protection contre les UVB et qu’un produit avec un FPS très élevé ne protège pas nécessairement bien des UVA. Mieux vaut réappliquer de la lotion solaire après 2 heures d’exposition au soleil. »

• Et quelle quantité de crème doit-on mettre ?

La norme qui définit le FPS stipule qu’il faut utiliser 2 mg de lotion par cm2 de peau. Or, les études tendent à montrer que la quantité de lotion que les utilisateurs appliquent est beaucoup moindre. Concrètement, à quoi correspondent 2 mg de lotion par cm2 de peau ? Pour une personne de taille moyenne, en maillot de bain, on considère qu’il en faudrait environ deux cuillerées à soupe (30 ml).

Résultats du test

Les 21 produits testés par P-V ont reçu des notes entre 99% et 55%. 12 de ces produits ont reçu une note globale
au-dessus de 90% et 3 ont reçu une note globale au-dessus de 98%.

« Nos tests montrent que la protection contre les UVA s’améliore constamment. Cependant, il reste que certains produits sont plus efficaces que d’autres. Et du côté des UVB, même si la majorité des lotions obtiennent de bonnes notes, certaines protègent moins que d’autres. »

Les crèmes à avoir la meilleure note sont :
• Ombrelle Extrême 99% à 3,30$ / 30ml
• Ombrelle soin complet 99% à 3,20$ / 30ml
• Fruit of the earth 98% à 0,60$ / 30ml
« Si vous appréciez leur odeur ou leur texture, utilisez-les sans inquiétude. Cependant, pour un bon rapport qualité-prix, optez pour la lotion Fruit of the Earth, qui revient à 60 ¢ les 30 ml. »
Comment choisir / recommandations LD

Alors parmi toutes les crèmes solaires disponibles sur le marché, comment choisir ?

o Achetez un écran solaire qui protège à la fois contre les rayons UVA et UVB (souvent étiqueté « à large spectre »), conseil Clémence Lamarche.
o Choisissez un écran doté d’un facteur de protection solaire (FPS) d’au moins 15. Si vous avez le teint, les yeux et les cheveux clairs, prenez un FPS plus élevé. Attention : quel que soit l’efficacité du produit et son indice de protection, sachez qu’il ne permet pas de rester indéfiniment au soleil.
o Un écran solaire est considéré comme un produit pharmaceutique et, à ce titre, il doit obligatoirement porter une date de péremption en plus d’avoir un code DIN ou NPN [une identification numérique de médicament ou de produit naturel].
o Assurez-vous que la liste des ingrédients actifs figure bien sur l’emballage ; si ce n’est pas le cas, ne l’achetez pas.
o Choisissez un produit sans ou avec un très faible pourcentage de fragrances.
o Si vous pensez vous baigner, rechercher les mentions « résistant à l’eau » ou « hydrofuge »

Ingrédients controversés

Dans ses tests, Protégez-vous n’a cependant pas tenu compte des ingrédients controversés qui entrent dans la composition des crèmes solaires.

Comme l’explique Élyse Rémy, de l’Institut national d’information en santé environnementale, plusieurs études sont venues jeter un doute sur l’innocuité de certains filtres chimiques ou écrans physiques destinés à absorber les rayons ultraviolets. Des chercheurs ont ainsi découvert que des composés comme le 4-MBC et le 3-BC étaient des perturbateurs endocriniens. C’est à dire qu’ils peuvent affecter la santé en déréglant les hormones.

Des expériences menées sur des rats montrent que les perturbateurs endocriniens retardent la puberté et affectent la croissance des organes génitaux.

« Il y a aussi les produits de la famille des benzophénones, (filtres solaires qui absorbent les rayons ultraviolets qui est aussi un perturbateur endocrinien) et qui causent plusieurs allergies chez l’humain, poursuit Élyse Rémi.

Si vous préférez jouer de prudence, il existe sur le marché des écrans solaire à base d’oxyde de zinc, moins néfastes, ainsi que des lotions biologiques.

Certains pays obligent d’ailleurs les touristes à n’utiliser que des crèmes solaires biologiques s’ils veulent se baigner dans des endroits protégés, alors vaut mieux s’équiper avant le départ, car sur place, ces crèmes coûtent très chères.

Finalement, même avec de la lotion solaire, évitez aussi de vous exposer au soleil entre 11h00 et 16h00, restez le plus possible à l’ombre et portez des vêtements, un chapeau et des lunettes de soleil !

Intervenants :

Clémence Lamarche
Chargée de projets aux tests, Protégez-Vous

Élyse Rémy
Porte-parole de l’Institut national d’information en santé environnementale

Liens utiles

Protégez-vous
http://www.protegez-vous.ca/

Institut national d’information en santé environnementale
http://www.inise.ca/