Légitime dépense


S’équiper pour la randonnée

Émission du 14 septembre 2009

Journaliste(s) à la recherche : Matthieu Mortézaï

Pour prendre un bol d’air pur, rien de mieux que la randonnée pédestre, une activité peu coûteuse à la portée de toute la famille. Par contre, avant de partir vous vous demandez si vos chaussures multisports feront l’affaire. Légitime dépense rencontre un expert du plein-air et des randonneurs afin de préciser combien il faut investir pour se doter d’un équipement convenable, selon le type de randonnée, afin de prévenir l’inconfort ou les blessures.

Thème(s) : Sports et loisirs

S’équiper pour la randonnée

S’équiper pour la randonnée

Un festival de couleurs attendra bientôt les amants de la nature dans les parcs et sentiers de la province. L’automne! Le moment idéal pour aller faire de la randonnée!

Mais est-ce que ça prend vraiment des bottes spéciales pour aller marcher dans la nature? Une bonne vieille paire de souliers de course, ne ferait-elle pas l’affaire?

Légitime dépense a posé la question à des passionnés de la montagne, membres du Club de Marche Dynamique. Ils sont unanimes : à chaque terrain sa chaussure. Et il importe d’être bien conseillé par des spécialistes avant d’acheter.

«Il faut s’attendre à payer entre 100 et 300$ selon qu’on penche pour la chaussure ou la botte de randonnée» nous dit d’entrée de jeu Karen Bernier, conseillère chaussures à la boutique de plein air La Cordée.

Chaque terrain sa botte de marche

L’une des premières questions à se poser quand on magasine des bottes ou des souliers de randonnée, c’est à quel genre de terrain on veut s’attaquer. Va-t-on surtout marcher en ville ou sur des sentiers balisés? Y aura-t-il des pentes escarpées, des roches? Plus important encore : quelle sera la durée de nos randonnées et portera-t-on beaucoup de poids sur le dos?

En gros, nous dit notre experte, il existe 3 principales catégories de chaussures/bottes pour la randonnée, ayant chacune des vocations différentes

1) Chaussures de randonnée légère (environ 85 $ à 200 $) :
En bref, elles sont légères, basses, souples et ne protègent pas la cheville. Idéales pour la marche en ville, la randonnée courte et la marche sur sentier balisé ou peu accidenté.
« Ce soulier là va être surtout pour la randonnée légère. Il est plus souple, plus léger et bien ventilé. En ville, c’est un très bon choix!» explique Karen.

2) Bottes pour courte randonnée (aussi appelées bottes mi-hauteur) (environ 100-200$) :
À mi-chemin entre la chaussure de randonnée légère et la botte haute, elle protège partiellement la cheville, est plus rigide que la chaussure de randonnée et plus souple et légère que la botte haute. Parfait pour les randonnées intermédiaires et très populaires chez les gens qui font le chemin de Compostelle. « Ici, on a une chaussure beaucoup plus rigide, parfaite pour les plus longues randonnées. C’est assez bas, ça soutient pas beaucoup la cheville, mais on a une bonne stabilité de tous les côtés » résume notre spécialiste.

3) Bottes pour longue randonnée Botte haute (environ 150 $ à 400 $):
Plus lourdes et rigides, elles protègent complètement la cheville. Idéales pour de plus longues randonnées et recommandées si on transporte une charge importante sur le dos. «On va choisir ce genre de bottes rigides pour les longues randonnées… Ça va empêcher qu’on sente trop le relief du terrain… Si on monte sur le bout des roches, la botte ne tendra pas à s’écraser… On force moins pour garder le pied droit » précise notre représentante.

Le choix des matériaux

Cuir ou synthétique, l’éternel débat est loin d’être clos.

« Je suis portée à privilégier le cuir, c’est facile à imperméabiliser. Avec le temps, ça prend la forme de nos pieds et on s’y attache » affirme Janine Aubry du Club de marche Dynamique.

« Le synthétique va alléger de beaucoup le poids de la botte… Le cuir c’est plus lourd, mais beaucoup plus durable. Quand on marche dans la forêt et qu’il y a des roches, on va beaucoup égratigner le côté des bottes. Le cuir va être beaucoup plus durable à long terme » ajoute notre experte.

Dur à cuir

Mais même si on écarte le synthétique, il reste que les cuirs ne sont pas tous égaux :

- Cuir pleine fleur : la meilleure qualité de cuir et le plus cher (couche externe de l’épaule/dos du bœuf).

- Nubuck : tranches de cuir mises ensembles. Plus mince, moins résistant et moins imperméable que le cuir pleine fleur.

- Suède : encore plus mince que le Nubuck et par le fait même moins résistant/imperméable. Bref, une « coche » en dessous du Nubuck.

« Peu importe ce que l’on choisit, ses caractéristiques ou matériaux, l’important c’est que ce soit comme une pantoufle… Sinon, vous allez avoir des ampoules, ce ne sera pas agréable et vous ne voudrez plus faire de randonnée » ajoute-elle.

Là où le « bas » blesse…

Justement pour éviter les ampoules, au chapitre des bas, Karen Bernier y va d’un conseil personnel : « Je recommande d’en superposer deux paires … Comme ça le frottement va se faire entre les deux bas plutôt que sur le pied. On aura moins de chance d’avoir des ampoules comme ça! ».

Elle conseille aussi d’éviter le coton et d’aller plutôt du côté de la laine ou du synthétique. « Le synthétique évacue bien la sueur et la laine a l’avantage, en plus d’être confortable, de garder la chaleur même lorsqu’elle est mouillée ».
Calculez entre 10 et 25$ pour les bas.

Des bâtons dans les jambes

« Quand on part en randonnée, ça peut être intéressant d’avoir des bâtons de marche. Ça se vend en paire et idéalement on en utilise deux. Ça va venir stabiliser le corps et ça réduit de près de 20% le poids sur les jambes » nous explique Karen Bernier. Il faudra débourser entre 65 et 200$ pour s’en procurer des neufs. Pour dépanner, de vieux bâtons de ski peuvent faire l’affaire.

Infos complémentaires :

Fédération Québécoise de la Marche
http://www.fqmarche.qc.ca

Boutique de Plein Air La Cordée
http://www.lacordee.com
-Espace Plein Air
http://www.espaces.qc.ca/espaces/html/equipements/guides_dachats/achat3.shtml

ABC of Hiking
http://www.abc-of-hiking.com/hiking-boots/